• 01 - Bereshit

    Écrit par Jacques Sobiesky on 24 octobre 2012. Posted in Genèse

    1ère parasha de l’année Bereshit (Genèse) 1:1 à 6-8

    Haftara Esaïe 42:5 à 43:11

    Brit Hadasha Marc 10:1 à 16

    C’est une merveilleuse histoire que celle de l’Eternel, le Créateur qui a voulu partager l’amour qui l’inondait depuis l’éternité. Etant Dieu, omniscient, autosuffisant et éternellement comblé, le Tout Puissant n’avait nul “besoin” de créer un cosmos et des êtres qui y habiteraient car Qui l’a enseigné et Qui a été son conseiller ?

    “33 O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles! Car 34 qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller? 35 Qui lui a donné le premier, pour qu’il ait à recevoir en retour? 36 C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen!” (Romains-11:33-36)

    Qui l’a conseillé de créer la terre avec en son coeur du magma d’où a été tiré l’argile “La terre, d’où sort le pain, est bouleversée dans ses entrailles comme par le feu”. C’est Lui qui a imaginé cette planète et dont “Ses pierres contiennent du saphir, et l’on y trouve de la poudre d’or. (Job 28:4-6) Pour se faire, Il a conçu un plan parfait : comme un potier Il s’est mis à mettre en forme les êtres humains comme des vases d’argile qui le glorifieraient. Avec eux l’Eternel Dieu partagerait tout et se rencontrerait fréquemment avec Adam et Eve en Eden dans le jardin Genèse 3:8 “... l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir...”

    Paul Ghennassia écrivait que “dans la Bible, chaque mot, chaque nom, chaque phrase et même chaque lettre et chaque chiffre ont une valeur spirituelle et prophétique, qui nécessitent de notre part une attention très profonde. Ne nous contentons pas de lire un verset, mais essayons toujours de l'approfondir en demandant au Seigneur de nous en révéler toute la richesse, mais aussi en ouvrant tout grand les yeux et  notre coeur ! Personnellement, lorsque j'étudie ma Bible avec prière, souvent l'Esprit de Dieu me fait faire, surtout dans le texte hébreu, des découvertes stupéfiantes !”
    Parmi l’une de ces découvertes surprenantes il y a celle de la promenade du Seigneur dans le Gan Eden. En effet, déjà là lorsque Dieu se promenait halah Klh de la racine yalah l’hébreu utilise quelques expressions qui montrent que l’Eternel ne fait pas que se promener paresseusement puisqu’Il coule, comme de l’eau de la Vie qu’Il déverse sur sa créature, il parcourt, Il s’en va, Il s’avance, Il voyage, Il part, pour enseigner l’homme; pour aller à travers, traverser les épreuves, mourir à soi-même, et vivre : Il veut enseigner à l’homme sa propre manière de vivre. Lorsque Dieu parcourait le Gan vers le soir, l’hébreu révèle que Dieu parcourait le Gan (le jardin), racine ganan, le  lieu de protection “vers le soir” c’est-à-dire à l’heure de l’Esprit Saint, son Souffle de Vie. Le “soir” s’écrit ici “Rouah”. C’était l’heure du  rendez-vous avec l’homme, l’heure où Dieu allait probablement comme chaque soir, se retrouver avec l’homme par son Esprit, c’était un temps de l’effusion de son Esprit, c’était le temps du culte de famille.

    Le coeur

    Nous voulons aller à la découverte de ces trésors inestimables en prenant comme autre exemple celui du coeur qui nous est donné par la tradition juive. Une connection existe entre la fin de la lecture de la Torah et son début. Le livre du Deutéronome s’achève avec le don de l’Esprit Saint à Josué “fils de Noun”, fils du poisson. Après avoir amené le peuple devant la terre sainte, Dieu donne à Josué un homme selon son coeur, son Esprit, un Esprit de sagesse afin de pouvoir conduire le peuple.
    Lorsque nous (re)commençons la lecture de la Torah après la fin du cycle annuel qui se termine avec Devarim 34:9- 12, nous découvrons vers la fin du Pentateuque un homme selon le coeur de Dieu, un serviteur choisi :
    “ 9 Josué, fils de Nun, était rempli de l’esprit de sagesse, car Moïse avait posé ses mains sur lui. Les enfants d’Israël lui obéirent, et se conformèrent aux ordres que l’Eternel avait donnés à Moïse. 10 Il n’a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l’Eternel connaissait face à face. 11 Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l’envoya faire au pays d’Egypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays, 12 et pour tous les prodiges de terreur que Moïse accomplit à main forte sous les yeux de tout Israël.”

    Et que nous montre l’hébreu ?

    La lettre finale du dernier mot qui clôture Devarim (Deutéronome) est la dernière lettre du mot Israël la lettre Lamed l. Immédiatement après cette lecture on reprend la semaine suivante le livre de la Genèse avec le Beth b de Béréshit. Lorsqu’on joint les 2 lettres consécutives on obtient le mot “coeur” Lev bl. Cela nous rappelle ce que dit l’Eternel : “6 Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton coeur.” L’évangile de Jean nous parle aussi de ce commencement : “1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Elohim, et la Parole était Elohim. 2 Elle était au commencement avec Elohim. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.”
    Le livre de la Genèse contient une infinité de merveilles qu’il ne nous est pas possible ne fusse que d’en effleurer une partie.
    Dans le Lexique de l’Ancien hébreu biblique le mot “ETH” ta est défini comme “le point par lequel on laboure un champ pour réaliser un sillon droit” Nous savons déjà que la lettre Alef est représentée par un boeuf qui est le symbole de la force. Ce boeuf laboure la terre de nos coeurs pour y faire entrer la Parole de Vie et les sillons ainsi formés nous rappellent ceux du dos martyrisé du Messie Yeshoua à la croix du sacrifice.
    “Des laboureurs ont labouré mon dos, ils y ont tracé de longs sillons.” (Psaumes-129:3)
    Cette croix est exprimée par cette lettre tav t un signe ou une marque, une signature et la forme de cette lettre était jadis une croix. Ces mêmes lettres Alef et Tav sont traduites erronément par alpha et oméga. Celui qui a créé toutes choses a annoncé d’avance le sacrifice de la croix. Annonçant la crucifixion du Messie Yeshoua, Job parle d’un puits, le même que celui dans lequel Joseph sera jeté : “creuse un puits loin des lieux habités; ses pieds ne lui sont plus en aide, et il est suspendu, balancé, loin des humains. (Job-28:4)

    Bereshit

    Mais venons en au fait ! “Bereshit” nous montre la création de la vie sur terre et immédiatement après, comme si cela avait déjà été pensé et prévu avant la création elle même, le rachat des êtres humains qui devaient tomber ²dans le piège du serpent. Comme solution de rédemption du monde, Bereshit symbolise l’oeuvre de salut Bar Hashit “Il a été pourvu un fils” ! Avant que ne vienne le péché, Dieu dans son omniscience, avait déjà tout prévu d’avance : tout le plan de la Rédemption, le salut de toute la création se trouve marqué, imprimé de manière indélébile dans le livre de la Genèse.

    "Beréshit bara Elohim eth hashamaïm véeth haarets” 

    “Au commencement Dieu créa les cieux et la terre." Cette première phrase lapidaire, mais dans laquelle se trouve l'oeuvre gigantesque du Divin Architecte et Créateur de l'Univers, nous montre Sa Puissance Infinie et c'est en pensant à cette phrase extraordinaire de la "CRÉATION " que, plus tard, le Rabbi Shaül de Tarse (devenu Paul) dira sous l'inspiration de Dieu :
    "...En effet, les perfections invisibles de Dieu, Sa Puissance Éternelle et Sa Divinité se VOIENT comme à l'oeil depuis la CRÉATION du monde quand on les considère dans ses ouvrages" (Romains 1:20).
    C'est vrai ! Les OUVRAGES de Dieu portent SA SIGNATURE, laquelle est visible dans la CRÉATION et la BIBLE.
    Toute la CRÉATION, que ce soit une plante, une pierre, les cieux, l'animal ou l'être humain, la NATURE toute entière porte la MARQUE DIVINE qui est SA SIGNATURE, et il faut être vraiment aveugle pour prétendre, comme certains, que Dieu n'existe pas ! Quant à la Bible, elle est LE LIVRE par excellence ! Tant de livres ont été écrits par les hommes, un seul a été dicté par Dieu à des hommes qu'Il a inspiré et qui le plus souvent ont écrit des choses qui les dépassaient et qu'ils ne comprenaient pas ! Comme la nature entière, ce "Livre des livres" porte la signature de l'Éternel.
    Dans le traité du TMPI "Le Sceau des 7", on peut lire que le chiffre 7 est tissé en filigrane dans la vie des oiseaux, des animaux, de l'homme et aussi la manière caractéristique avec laquelle ce chiffre apparaît dans la Bible : tout l'Ancien Testament (3) dans la version hébraïque et aussi le Nouveau Testament en grec, font constamment apparaître à chaque verset le chiffre 7 ou l'un de ses multiples ; par exemple, voyez la première  phrase de la Bible, vous pouvez constater qu'elle se compose de 7 mots et 28 lettres (4x7 = 28), n'est-ce-pas extraordinaire ? Mais l'Éternel notre Dieu est toujours le Dieu de l'extraordinaire !
    Bereshit est aussi signe de bénédiction “brachot”

    B-R-A-Sh-T

    La lettre Beth signifie la maison
    La lettre Resh signifie le chef, la tête
    La lettre Alef signifie boeuf prince, maître conseiller, époux Et cette lettre indique deux
    mains cloués sur la croix
    La lettre shin signifie le mépris
    La lettre yod signifie la Main de l’Eternel
    La dernière lettre Tav signifie le signe de la crucifixion pour les péchés de tous les hommes
    C'est pourquoi Simon Képhas (Simon Pierre) a raison d'affirmer au peuple d'Israël qui l'écoutait : "Le Dieu de nos Pères a ressuscité Yéshoua (Jésus) que vous avez tué en le pendant au bois, Dieu l'a élevé
    par sa droite comme Prince et Sauveur pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés TEMOINS DE CES CHOSES,, de même que l'ESPRIT SAINT (Rouah Hakodesh) que Dieu a DONNE à CEUX QUI LUI OBEISSENT "!
    (Actes 5:30-32).

    La haftarah d’Esaïe

    La haftarah poursuit en confirmant l’acte créateur de Dieu tout au long du Livre de la Genèse :
    “5 Ainsi parle Dieu, l’Eternel, Qui a créé les cieux et qui les a déployés, Qui a étendu la terre et ses productions, Qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, et le souffle à ceux qui y marchent.”

    Nous avons l’habitude de croire que nous sommes les seuls dans la création à devoir nous courber devant Dieu dans l’humilité. Lorsque Dieu a “déployé” les cieux, (natah) Il les a littéralement étendus comme un vêtement, étirés à l’infini, lancés dans l’espace. Au plus sa Présence est éloignée, au plus l’espace s’étire. A l’inverse, Il a tourné, plié et courbé les cieux. Les scientifiques et les astronomes reconnaissent aujourd’hui que l’espace possède une courbure. La relativité générale évoque le concept de la courbure de l’espace-temps. Les corps célestes adoptent des trajectoires aussi droites que possibles, mais ils doivent se soumettre à la configuration de l’espace-temps. Loin de toute distribution de matière, la courbure de l’espace-temps est nulle et toutes les trajectoires sont des lignes droites. Près d’un corps massif comme le Soleil, l’espace-temps est déformé et les corps se déplacent sur des lignes courbes. Lorsque Adonaï l’Eternel crée le monde, la terre, Il déforme l’univers qui se trouve dans sa proximité.

    Lorsqu’on s’approche de la Grandeur et la Sainteté de la Présence de l’Eternel, toutes nos valeurs terrestres humaines sont retournées comme une crèpe, courbées, pliées, tout l’espace et l’environnement que nous connaissons est chamboulé par la Présence du Saint, Béni soit son Saint Nom! Scientifiquement, notre temps est chamboulé mais en plus la masse du soleil déforme et ralentit le temps ; la matière entraine gravitation, plus la gravitation est forte plus l'espace-temps est courbé (plus le creux est profond), plus le temps s'écoule lentement. Si par analogie on compare On peut y voir une analogie scientifique de l’arrêt du temps devant la Présence de Dieu ! Quand Dieu fait plier l’univers devant sa Sainte Majesté c’est aussi avec un but précis : il appelle les humains pour son Fils Yeshoua :

    “6 Moi, l’Eternel, je t’ai appelé pour Yeshoua (pour le salut), et je te prendrai par la main, Je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la lumière des nations, 7 pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de prison le captif, et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres. 8 Je suis l’Eternel, c’est là mon Nom; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux idoles. 9 Voici, les premières choses se sont accomplies, et je vous en annonce de nouvelles; Avant qu’elles arrivent, je vous les prédis.” Esaïe 42:5-9

    "BethYeshoua"