• L'horloge de la fin du monde affiche minuit moins trois

    L’horloge de la fin du monde, ou horloge de l’Apocalypse (Doomsday Clock en anglais), est une horloge conceptuelle créée peu de temps après le début de la guerre froide et régulièrement mise à jour depuis 1947 par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes de l’Université de Chicago, sur laquelle minuit représente la fin du monde.

    L’horloge utilise l’analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l’humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques.

    Depuis le 22 janvier 2015, l’horloge affiche minuit moins trois (23:57).

    À l’origine, cette horloge représentait la possibilité d’une guerre nucléaire mondiale, en soulignant la menace liée à la prolifération des armes nucléaires ; mais, depuis 2007, l’horloge prend également en considération les perturbations dues au changement climatique, les problèmes liés aux hydrocarbures (pic pétrolier, géopolitique du pétrole) ou encore les « nouveaux développements dans les sciences du vivant qui pourraient infliger des dommages irrévocables », c’est-à-dire les risques liés aux nouvelles technologies (nanotechnologie, biotechnologie, etc.)1.

    Le nombre de minutes restant avant minuit est mis à jour périodiquement. Ainsi, en 2007, l’horloge de l’Apocalypse indiquait minuit moins cinq (23:55), après avoir été avancée de deux minutes, le 17 janvier 2007, à la suite des tensions dues aux ambitions nucléaires respectives de l’Iran et de la Corée du Nord, ainsi qu’à l’insistance des États-Unis à évoquer l’utilité stratégique des armes nucléaires, et l’échec des tentatives de sécurisation des stocks d’armes et la présence de 26 000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie.

    Doomsday_Clock_graph.svg

    Sur le graphique ci-dessus, l’échelle verticale représente le temps qu’il reste sur cette horloge jusqu’à l’heure fatidique de minuit (00:00). Les périodes rouges représentent les périodes de tensions internationales pendant lesquelles on considère que l’heure de la fin du monde approche. À l’inverse, les périodes en bleu représentent des périodes de détente pendant lesquelles l’heure de la fin du monde semble s’éloigner. À sa création, en 1947, l’horloge indiquait 23:53, soit minuit moins sept.

    Chronologie des modifications de l’horloge

    AnnéeMinutes restantesHeureDegré de modificationRaisons
    1947 7 23:53 Création de l’horloge.
    1949 3 23:57 −4 L’Union soviétique fait ses premiers essais nucléaires.
    1953 2 23:58 −1 L’URSS et les États-Unis testent des engins thermonucléaires à neuf mois d’intervalle. L’horloge est cette année-là au plus près de minuit depuis sa création.
    1960 7 23:53 +5 L’horloge est reculée, en réponse à une coopération scientifique accrue et à la compréhension du public envers les dangers de l’arme nucléaire.
    1963 12 23:48 +5 L’URSS et les États-Unis signent le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires, limitant les tests d’engins nucléaires dans l’atmosphère.
    1968 7 23:53 −5 La France et la Chine sont désormais en possession de l’arme nucléaire (respectivement en 1960 et 1964), des conflits déchirent le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et le Viêt Nam.
    1969 10 23:50 +3 Le sénat américain ratifie le Traité de non-prolifération nucléaire.
    1972 12 23:48 +2 L’URSS et États-Unis signent les négociations sur la limitation des armements stratégiques (SALT I) et le traité ABM (anti-missiles balistiques).
    1974 9 23:51 −3 L’Inde teste sa première arme nucléaire, Smiling Buddha ; les négociations SALT II (seconde phase de limitation) échouent.
    1980 7 23:53 −2 Nouveaux échecs dans les négociations avec l’URSS, augmentation du nombre de conflits nationalistes et d’actions terroristes.
    1981 4 23:56 −3 La reprise de la course à l’armement, des conflits en Afghanistan, en Afrique du Sud et en Pologne ajoutent à la tension internationale.
    1984 3 23:57 −1 Nouvelle accélération de la course aux armements faisant suite à la politique de Ronald Reagan.
    1988 6 23:54 +3 L’URSS et les États-Unis signent un traité visant à éliminer les armes nucléaires de moyenne portée, les relations entre les deux grandes puissances s’améliorent.
    1990 10 23:50 +4 Chute du Mur de Berlin, succès des mouvements anti-communistes en Europe de l’Est ; la fin de la guerre froide approche.
    1991 17 23:43 +7 L’URSS et les États-Unis signent le Traité de réduction des armes stratégiques et dislocation de l’URSS. L’horloge est alors au plus loin de minuit depuis sa création.
    1995 14 23:46 −3 Les dépenses militaires mondiales continuent à un niveau équivalent à l’époque de la guerre froide ; des inquiétudes naissent quant à la possible prolifération des armes nucléaires dans la Russie post-soviétique.
    1998 9 23:51 −5 L’Inde et le Pakistan testent tous deux des armes nucléaires dans l’hypothèse d’une agression mutuelle. L’ancien bloc soviétique et les États-Unis ne réussissent pas à tenir leurs engagements de réduction des stocks d’armes existants.
    2002 7 23:53 −2 Peu de progrès sont faits dans le désarmement nucléaire global : les États-Unis rejettent une série de traités de contrôle des armes et annoncent leur intention de se retirer du traité anti-missiles balistiques. Des groupes terroristes cherchent à acquérir l’arme nucléaire.
    2007 5 23:55 −2 Essai nucléaire nord-coréen du 9 octobre 2006, les ambitions avouées de l’Iran, l’insistance des États-Unis à évoquer l’utilité stratégique des armes nucléaires, l’échec des tentatives de sécurisation des stocks d’armes et la présence de 26 000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie amènent l’horloge à 23:55. Les experts chargés d’évaluer le danger pour la civilisation ajoutent les changements climatiques aux grandes menaces, au côté du risque de conflit nucléaire global.
    2010 6 23:54 +1 Coopération mondiale pour réduire l’arsenal nucléaire et son incitation à limiter l’émission des gaz à effet de serre.
    2012 5 23:55 -1 Dangers clairs et imminents de prolifération nucléaire et de réchauffement climatique, ainsi que par la nécessité de trouver des sources d’énergie sûres et durables.
    2015 3 23:57 -2 Le réchauffement climatique incontrôlé et la course aux armes nucléaires, résultant de la modernisation des énormes arsenaux, représentent des menaces extraordinaires et indéniables à la survie de l’humanité. Malgré des évolutions légèrement positives dans le domaine du changement climatique, les efforts actuels sont tout à fait insuffisants pour empêcher un réchauffement catastrophique de la Terre. L’année 2014 étant celle la plus chaude depuis 1880. Pendant ce temps, les États-Unis et la Russie ont lancé de vastes programmes pour moderniser leurs arsenaux nucléaires et ainsi saper les traités existants sur les armes nucléaires.
  • https://www.youtube.com/watch?v=F6fNfqSFwC8&feature=youtu.be

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Paracha Ki Tavo (Deutéronome 26.1 à 29.8)

    « Ki Tavo » signifie : « Quand tu viendras, quand tu seras entré, quand tu te présenteras (au pays) »

    Comme nous l’évoquons souvent, d’une manière véritablement providentielle, l’étude de la paracha correspond souvent à des événements personnels vécus et/ou d’actualités. Ce n’est pas sans raison que, comme le démontre l’Evangile, Yéshoua lui même respectait et honorait ce système d’étude hebdomadaire de la Torah mis en place par les sages d’Israël des siècles avant sa venue en chair sur terre.

     
     

    « Même la cigogne connaît dans les cieux sa saison; La tourterelle, l’hirondelle et la grue Observent le temps de leur arrivée; Mais mon peuple ne connaît pas la Torah de l’Eternel. » (Jérémie 8.7)

    steinlein-exode_456_304Oui, l’étude de la paracha correspond souvent d’une manière providentielle à des événements personnels vécus et/ou d’actualités. Ainsi, pour prendre un simple exemple, Tandis que ce 15 août dernier, l’actualité mettait en première page la tradition idolâtre qu’est la fête de l’assomption et parlait également abondamment du porc (crise du porc), Il est très intéressant de remarquer que la paracha du 15 août parlait précisément de ces choses là.

    De la même façon, la paracha de ce samedi 5 septembre dernier parle précisément d’un événement d’actualité majeur : l’Exil.

    Effectivement, la migration, l’Exil fait parti intégrante des nombreux jugements que le seul vrai Dieu envoie à son peuple et à l’humanité ou à une partie de l’humanité, lorsque la coupe de l’iniquité et de la méchanceté déborde comme il est dit : « ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel » (Apocalypse 18.5). Comme tout le monde le sait, que voit-on à la une des actualités : la crise des migrants. Cette crise a lieu au moment même où la portion de Torah étudiée (paracha) dans les assemblées messianiques et les synagogues du monde entier traite précisément de ce sujet.

    A ce sujet, regardons à nouveau quelques passages du livre de Deutéronome 28 tant le lien est aussi réel que stupéfiant :

    « Si tu n’obéis point à la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage : (…) L’Eternel te fera battre par tes ennemis; tu sortiras contre eux par un seul chemin, et tu t’enfuiras devant eux par sept chemins; tu seras vagabond et tu seras un objet d’effroi pour tous les royaumes de la terre (…) Tu engendreras des fils et des filles et ils iront en captivité. (…) L’Eternel te dispersera parmi tous les peuples »

    Le Rabbi Haïm Joseph David Azoulaï, surnommé Le « ‘Hida », fut une grande figure du judaïsme du 18ème siècle (1724 – 1807), respecté de tous pour sa grande piété et sa vaste érudition.

    En analysant certains versets des malédictions énumérées en Deutéronome 28, Le ‘Hida nous dévoile que lorsqu’ils sont lus à l’envers et d’une certaine façon, les versets font apparaître la bénédiction pour Israël et au contraire la malédiction pour ses ennemis. De là nous comprenons effectivement que la repentance (Téchouva en hébreu) peut inverser toutes les malédictions en bénédictions !

    Le ‘Hida ajoute un élément grandement important :

    Dieu infligera toutes ces malédictions aux nations du monde tandis qu’Il les inversera en bénédictions pour les enfants d’Israël.

    Prenons un des jugements de Dieu compris dans toute ces malédictions : L’exil ou la captivité :

    « Tu t’enfuiras  (…) tu seras vagabond (…) L’Eternel te dispersera parmi tous les peuples »

    N’est-ce pas précisément ce que l’on voit actuellement ? Des scènes d’exode faisant la une des journaux du monde entier, certains articles profanes allant même jusqu’à titrer « un exode sans Moïse ». L’actualité, en conformité avec la Torah et à l’étude de la paracha de ce shabbat, vient démontrer précisément la réalité de l’enseignement du ‘Hida :

    Tandis qu’une crise majeure des migrants en majorité musulmane a lieu, que près de 1/2 millions s’en vont en exil vers toute l’Europe, jamais il n’y a eut autant de juifs mettant fin à leur propre exil et revenant dans leur pays, c’est à dire revenant en terre d’Israël, achevant petit à petit cet interminable exil de près de 2000 ans. C’est précisément ce qu’enseigne le ‘Hida : les nations subiront les jugements de Dieu tandis que Dieu inversera la malédiction en bénédiction pour son peuple !

    Pour renforcer son enseignement, le ‘Hida met en lumière une allusion magnifique issue d’un verset des Tehelim (Psaumes 149, versets 7 et 9) :

    « Ils tireront vengeance des peuples, infligeront des châtiments aux nations » ; « Ainsi ils exécuteront contre eux le jugement qui est écrit : C’est une gloire pour tous ses fidèles. Louez l’Eternel ! »

    Lorsque Dieu guérira, restaurera et bénira son peuple en ramenant ses exilés en terre d’Israël, amenant son peuple vers la délivrance finale, pour les nations, l’arrêt sera comme il est écrit, c’est à dire que les malédictions s’accompliront telles que mentionnées ! Nous ne parlons ici que de l’exil mais en Deutéronome 28, bien d’autres plaies telles que la famine sont mentionnées et s’accompliront très certainement.

    Et ce sont les prophètes et les sages d’Israël qui mirent par écrit ces détails, dont l’exactitude est stupéfiante tant d’années en arrière. Ils se sont réalisés et continuent de s’accomplir.

    N’est-ce pas aussi ce que prophétise Jérémie il y a plus de 2500 ans : « Car je suis avec toi, dit l’Eternel, pour te délivrer; J’anéantirai toutes les nations parmi lesquelles je t’ai dispersé, Mais toi, je ne t’anéantirai pas; » (Jérémie 30.11).

    De plus, comme pour confirmer davantage ces vérités éclatantes, comme le confirme Don Fito dans son livre « Ton peuple sera mon peuple », « Le retour d’exil pour le peuple de Dieu ne se fera pas sans lutte. Le fait même de quitter la diaspora et de revenir au pays sera un temps où il y aura « des cris d’effroi ; de l’épouvante et non la paix  »(Jérémie 30.5). Précisément ce qui se passe !

    Effectivement et nul ne l’ignore, en plus des diverses crise mondiales, cette crise des migrants risque d’affaiblir et de détruire davantage les pays d’Europe qui semblent tomber main dans la main dans un piège préparé d’avance : ces vagues migratoires et cette manipulation médiatique avec la triste photo de l’enfant décédé sur la plage, font très certainement pleinement partie d’une stratégie d’infiltration des membres de l’Etat Islamique. En février 2015, les membres de Daesh avait annoncé qu’ils enverraient massivement des migrants en Europe : L’État islamique menace d’envoyer 500.000 migrants en Europe. Cela s’accomplie sous nos yeux.

    Qui entendra et qui aura des yeux pour voir et un coeur pour comprendra afin de ne pas recevoir la remontrance du Rabbi des rabbis : « Etes-vous encore sans intelligence, et ne comprenez-vous pas ? Avez-vous le coeur endurci ? Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? Ayant des oreilles, n’entendez-vous pas ? Et n’avez-vous point de mémoire ? » (Marc 8.17-18)

    Que le seul vrai Dieu, le Dieu d’Israël continue de nous ouvrir les yeux au nom de son Messie Yéshoua notre sauveur, qu’il protège, garde et conduise en lieu sûr ceux qui lui appartiennent.

    Article réalisé par Thomas inspiré du livre du Rav Eliaou Hassan intitulé « La paracha, compilation de commentaires et d’histoires » ainsi que du livre de Don Finto intitulé « Ton peuple sera mon peuple – comment Israël, les juifs et la véritable Église de Yéshoua s’uniront dans les derniers jours ».

    Source: http://www.rencontrerdieu.com

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Écrit par Jacques

     

    La Bible nous raconte des événements qui se sont réellement déroulés il y a des siècles et déjà même des millénaires. Pendant longtemps les croyants lisant leur livre de chevet préféré, la Bible, ont eu du mal à comprendre comment certains événements bibliques se sont réellement déroulés. On pense au peuple hébreu passant dans la mer rouge, on pense aux miracles, aux prodiges incompréhensibles à l'esprit humain. Plus loin encore, nombreux sont les croyants qui refusent encore d'admettre que le monde a été réellement créé en 6 jours. Le site "bibleetnombres.online.fr" apporte beaucoup d'éclaircissements sur toutes ces questions scientifiques restées longtemps sans réponse. L'une d'entre elles est ce manque de 24 heures manquantes dans les années de rotation de la terre.

     

    extrait de  http://www.bibleetnombres.online.fr/1jmanque.htm

     

    Dans le Maryland aux Etats Unis, dans le cadre d'une étude faite en sous-traitance pour la NASA, des recherches furent faites à l'aide d'ordinateurs surpuissants pour identifier les trajectoires de tous les objets célestes connus (planètes, météores, comètes...) dans le cosmos afin d'éviter tout risque de collision avec un engin spatial expédié à partir de notre planète (astronef, satellite, laboratoire, sonde...). Des calculs furent donc effectués à la fois en amont et en aval de notre époque contemporaine pour analyser les données et établir un calendrier des risques et des points critiques.

     

    A un moment donné, la batterie d'ordinateurs interrompit son travail d'analyses et afficha un diagnostic d'erreur de données : 24 heures, l'équivalent donc d'un jour complet, manquaient dans le calendrier et les données temporelles qui servaient de support aux recherches ! Une équipe de maintenance fut requise pour effectuer des calculs tests et vérifier le bon fonctionnement des ordinateurs. Tout était absolument normal et aucun " bug" n'était apparemment à déplorer. 

     

    S'ajoutant à la perplexité des chercheurs, la remarque d'un technicien, un chrétien, déclencha un fou rire généralisé. Celui-ci déclara en effet qu'il se souvenait qu'au catéchisme pendant son enfance on lui avait enseigné qu'un jour le soleil s'était arrêté dans le ciel ! Loin de douter de ses affirmations, il revint le lendemain en brandissant une Bible dont il lut un passage de l'Ancien Testament relatant le combat et la victoire qui fût donnée au peuple d'Israël contre ses ennemis. En effet les gens de Gabaon envoyèrent dire à Josué, au camp de Guilgal : 

     

    " [...] N'abandonne pas tes serviteurs, monte vers nous en hâte, délivre-nous, donne-nous du secours ; car tous les rois des Amoréens, qui habitent la montagne, se sont réunis contre nous ". (Jos 10/6)

    " [...] Alors Josué parla à l'Eternel, le jour où l'Eternel livra les Amoréens aux enfants d'Israël, et il dit en présence d'Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon, Et toi, lune, sur la vallée d'Ajalon ! Et le soleil s'arrêta, et la lune suspendit sa course, Jusqu'à ce que la nation ait tiré vengeance de ses ennemis. Cela n'est-il pas écrit dans le livre du Juste ? Le soleil s'arrêta au milieu du ciel, Et ne se hâta point de se coucher, presque tout un jour. Il n'y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où l'Eternel ait écouté la voix d'un homme ; car l'Eternel combattait pour Israël ". (Jos 10/12-14)

     

    Des modifications furent donc apportées au programme de gestion des données chronologiques qui avaient été " logiquement " enregistrées précédemment car la date et l'époque où la bataille avait eu lieu était historiquement connue.

     

    La batterie d'ordinateurs fut remise en marche pour finalement échouer sur un diagnostic d'erreur du même type mais avec une réduction notable de la marge calendaire. Sur les 24 heures, 40 minutes manquaient encore à l'appel! Un retour aux Ecritures confirmait qu'il s'agissait de " presque tout un jour " et non 24 heures complètes. 

     

    L'équipe de maintenance fut rappelée pour procéder au même type de tests et aboutir au même diagnostic de non défaillance programme ou machine ! Et " notre " technicien chrétien déclencha l'hilarité en affirmant avec la même assurance qu'il se souvenait aussi, que dans un autre passage de sa Bible, il était question du soleil qui avait... reculé !

     

     

     

    Le lendemain il apporta donc sa Bible et en cita les versets suivants rapportés dans le deuxième livre des Rois et répété dans celui d'Esaïe concernant le roi Ezéchias, malade et le prophète Esaïe : 

     

    " [...] Ezéchias avait dit à Esaïe : A quel signe connaîtrai-je que l'Eternel me guérira, et que je monterai le troisième jour à la maison de l'Eternel ? Et Esaïe dit : Voici, de la part de l'Eternel, le signe auquel tu connaîtras que l'Eternel accomplira la parole qu'il a prononcée : L'ombre avancera-t-elle de dix degrés, ou reculera-t-elle de dix degrés ? Ezéchias répondit : C'est peu de chose que l'ombre avance de dix degrés ; mais plutôt qu'elle recule de dix degrés. Alors Esaïe, le prophète, invoqua l'Eternel, qui fit reculer l'ombre de dix degrés sur les degrés d'Achaz, où elle était descendue ". (2 Rois 20/8-11) 

     

    et

     

    " [...] Je ferai reculer de dix degrés en arrière avec le soleil l'ombre des degrés qui est descendue sur les degrés d'Achaz. Et le soleil recula de dix degrés sur les degrés où il était descendu ". (Isa 38/8)

     

    L'époque du règne du roi Ezéchias étant parfaitement connue, de nouvelles données de programmation furent réinjectées et... tout rentra dans l'ordre. Les quarante minutes manquantes avaient été " absorbées " et il fallait admettre qu'il manquait 24 heures dans l'histoire de l'humanité ! Les 40 minutes correspondent aux 10 degrés dont parle Esaïe car les 360 degrés de course solaire équivalent à une journée de 24 heures, c'est à dire 24 x 60 minutes = 1440 minutes et :

     

    [1440 : 360] x 10 = 40 minutes

     

    Tous les programmes de la NASA tiennent compte à présent de ce jour qui manque dans notre passé...

    Source: http://bethyeshoua.org

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique