• La foi, c’est quoi ?

    Le mot foi est un mot courant usité chez les croyants, et que l’on a souvent du mal à définir. D’après la Bible, que signifie avoir la foi ?

    La foi, c’est quoi ?

    On dit « Aie la foi, tout s’arrangera ! » quand on cherche à encourager quelqu’un, à le réconforter lorsqu’il traverse une rude épreuve ou se trouve dans des situations stressantes. Mais de quel genre de foi la Bible parle-t-elle, et donne-t-elle des résultats ?

    Dans le Nouveau Testament, le mot traduit en français par foi est le mot grec pistis. Et d’après The New Strong’s Expanded Dictionary of Bible Word [Le nouveau dictionnaire biblique détaillé de Strong], « le mot pistis est synonyme de croyance, et est étroitement lié à la confiance – envers Dieu ou envers le Christ – qu’on leur témoigne. “Avoir la foi”, c’est faire confiance, se fier, avoir l’assurance [que quelque-chose va se produire], et c’est croire » (p. 1315).

    La Bible elle-même fournit sa propre définition du mot pistis : « La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11:1). La foi est donc la substance – ou l’assurance – de ce qu’on espère mais que l’on n’a pas encore reçu. La foi (la confiance, la croyance) nous sert aussi de preuve de l’invisible – de ce qu’on ne voit pas – de ce qui est spirituel. La foi est présente avant qu’une prière soit exaucée ou avant que l’on ait reçu ce que l’on a demandé à Dieu. Aucune foi n’est requise quand on a déjà reçu ce qu’on a demandé.

    Un exemple de foi dans le Nouveau Testament

    Un exemple de cette définition se trouve dans Matthieu 9:27-30, où deux aveugles demandent à Jésus (Yeshoua) de les guérir. Jésus (Yeshoua) commence par leur demander : « Croyez-vous que Je puisse faire cela ? » Ils Lui répondent : « Oui, Seigneur ». « Alors Il touch[e] leurs yeux, en disant : Qu’il vous soit fait selon votre foi. Et leurs yeux s’ouvr[ent] ».

    Leur foi, leur conviction que Jésus (Yeshoua) va leur redonner la vue, est la substance – la réalité – de ce qu’ils souhaitent. Ils croient. En d’autres termes, ils ont la foi que cela va se produire.

    Un exemple dans l’Ancien Testament

    Un autre exemple : celui des trois compagnons de Daniel qui refusent de se prosterner devant la statue d’or de Nebucadnetsar pour l’adorer. Ceux qui refusent d’adorer cette dernière sont menacés d’être jetés vivants dans une fournaise ardente.

    Schadrac, Méschac et Abed-Nego – les trois jeunes Juifs qui refusent d’adorer la statue – disent au roi Nebucadnetsar : « Nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et Il nous délivrera de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as élevée » (Daniel 3:17-18).

    Ces hommes ne savaient pas si Dieu allait les délivrer de la fournaise ardente, en les sauvant physiquement à ce moment-là, ou s’Il allait les sauver lors de la résurrection. Leur foi – ou la confiance qu’ils avaient – était l’assurance de ce qu’ils espéraient, et cette assurance était la preuve de ce qu’ils ne voyaient pas encore ou n’avaient pas encore reçu. Leur foi s’appuyait sur leur soumission à Dieu, sur leur obéissance à Ses commandements. Ils croyaient que Dieu les délivrerait parce qu’ils gardaient Ses commandements et refusaient d’adorer d’autres dieux.

    La foi sans les œuvres est morte.

    L’apôtre Jacques, le demi-frère de Jésus (Yeshoua), a parlé dans son Épître de ce qu’il appelle une foi morte. Avoir une foi morte, c’est croire en Dieu, mais ne pas obéir à Ses commandements.

    Jacques a écrit : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile [ou « morte » ou « vaine » selon d’autres versions] ? (Jacques 2:19-20).

    Jacques cite ensuite l’exemple d’Abraham, qui avait la foi et les œuvres, croyant Dieu et Lui obéissant : « Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite » (Jacques 2:21-22). Avoir vraiment la foi ne se limite pas à croire en Dieu ; c’est agir en fonction de cette foi en servant Dieu et en observant Ses commandements.

    On prétend que l’enseignement de Jacques d’après lequel on devrait obéir aux commandements de Dieu revient à dire qu’on est sauvé par ses œuvres. Tel n’est pas le cas. L’apôtre Paul l’a clairement expliqué : « C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2:8-9). Paul savait – et a écrit – que personne ne peut mériter le salut, que la foi elle-même est un don de Dieu. Mais il a précisé au verset suivant que nous avons « été créés en Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h) pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (verset 10).

    Tout comme Jacques, Paul savait qu’une foi vivante s’accompagne de service et d’obéissance à Dieu et à Ses lois. Paul a écrit dans Romains 3:31 : « Annulons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi ».

    Dieu donne la foi à ceux qui la recherchent.

    La foi augmente quand on s’approche de Dieu par la prière et l’étude de Sa Parole (la Bible). Paul a écrit : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h)» (Philippiens 4:6-7). Ils croyaient à la Parole de Dieu, et ils gardaient Ses commandements. À mesure qu’ils écoutaient l’instruction de Paul de confier leurs soucis à Dieu par des prières ferventes, leur foi augmentait.

    Un autre moyen d’augmenter sa foi consiste à lire ou à écouter des exemples de foi dans la Bible oralement expliqués. Il est question de cela dans Romains 10:17 : « La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ ».

    À présent, nous avons la Parole de Dieu dans son intégralité, dans de nombreuses traductions. La Bible est la Parole inspirée de Dieu aux hommes. Quand nous la lisons, notre foi (notre confiance et notre assurance) en Dieu et en Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h) – qu’Ils exaucent nos prières et nous aident à nous sortir de situations impossibles – augmente.

    La foi, c’est quoi ? Pour résumer, avoir la foi, c’est faire confiance à Dieu et à Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h). Avoir une foi vivante ne se limite pas à croire que Dieu existe ; cela se démontre par notre service et notre obéissance à Dieu. Dieu augmentera notre foi si nous le Lui demandons sincèrement et si nous cherchons à nous rapprocher de Lui par la prière et en lisant Sa Parole.

    ECRITS AJOUTES PAR MOI

    La Foi d'Abraham :     http://www.kama-tov-ata.com/la-foi-d-abraham-a129933544

     Sara                         :    http://www.kama-tov-ata.com/sara-a129933644

    http://vieespoiretverite.org/croitre/foi/la-foi-c-est-quoi/

    « Prémices de l'Orge Décompte pour Shavouoth-Pentecôte Ce Dimanche 16 Avril 2017La foi d’Abraham »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :