• La foi d’Abraham

    En quoi la foi d’Abraham était-elle unique ? Dans quels domaines ce dernier démontra-t-il sa foi, et quelles leçons pouvons-nous tirer de son exemple ?

    La foi d’Abraham

    L’apôtre Paul a écrit, à propos de la foi de ce patriarche : « Que dit l’Ecriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice » (Romains 4:3).

    Il citait Genèse 15:6. Mais de quel exemple de foi dans la vie d’Abraham parlait-il ?

    Un exemple profond de foi chez Abraham

    La réponse se trouve dans Genèse 15:4-6 : « Alors la Parole de l’Eternel lui fut adressée ainsi : Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais c’est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. Et après l’avoir conduit dehors, Il dit : Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et Il lui dit : Telle sera ta postérité.  Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice ».

    Cette conviction inébranlable d’Abraham dans le pouvoir et les promesses divines est ce dont Paul voulait parler.

    « Espérant contre toute espérance, il crut et devint ainsi le père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité. Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants.  Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’Il promet Il peut aussi l’accomplir » (Romains 4:18-21).

    Paul fit remarquer que la foi du patriarche n’était pas affectée par le fait qu’il avait presque 100 ans. Sa foi n’était pas faible, mais forte. La foi est une ferme conviction que les Paroles de Dieu sont dignes de confiance et qu’Il accomplit tout ce qu’Il promet. Abraham croyait que Dieu accomplirait tout ce qu’Il avait dit.

    Rien n’est trop difficile pour Dieu. Rien ne Lui est impossible. Cela devrait nous servir d’exemple à tous. Notre foi devrait être forte.

    Un exemple antérieur de foi chez Abraham.

    « L’Eternel dit à Abram : Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que Je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et Je te bénirai ; Je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction… Abram partit, comme l’Eternel le lui avait dit, et Lot partit avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu’il sortit de Charan. » (Genèse 12:1-2,4).

    Hébreux 11:8 explique ce qui était si extraordinaire dans son départ : « C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. »

    Abraham partit. Il eut confiance en l’Éternel, étant convaincu qu’Il le guiderait lui et sa famille vers une destination inconnue. Il ne posa pas de question. Sa foi ne faiblit pas. Il démontra sa foi en partant. C’était un grand acte de foi.

    La foi d’Abraham ne faiblit pas

    Une fois en Canaan, Abraham continua d’être un étranger et un voyageur dans une terre étrangère. Néanmoins, il fit confiance à Dieu, qui lui avait promis que lui et ses descendants posséderaient un jour ce pays.

    Genèse 13:14-17 parle de cette promesse à Abraham : « L’Eternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui : Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident ; car tout le pays que tu vois, Je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours. Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée. Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur ; car Je te le donnerai. »

    En plus d’apprécier la bénédiction promise de ce territoire pour ses descendants, Abraham eut une foi encore plus forte en ce qu’il salua personnellement de loin la récompense spirituelle mentionnée, ce qu’indique Hébreux 11:9-10 : « C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur. »

    Abraham, et plusieurs autres hommes et femmes de foi, avaient les yeux fixés sur une cité et un pays à venir : « C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre… Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité » (Hébreux 11:13-16).

    Nous aussi, nous sommes comme des étrangers et des voyageurs sur la terre, attendant impatiemment avec foi l’établissement du Royaume de Dieu qui gouvernera le monde depuis Jérusalem. Nous aussi, nous sommes des voyageurs désirant une meilleure patrie, céleste, à venir.

    La foi d’Abraham mise à l’épreuve.

    La foi d’Abraham fut mise à l’épreuve. Hébreux 11:17-19 relate ce test suprême : « C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi, dans une sorte de préfiguration, il retrouva son fils ».

    Abraham était convaincu que Dieu avait le pouvoir de ressusciter Isaac des morts, s’Il permettait qu’il meure (Genèse 22).

    Abraham doit avoir cru que Dieu avait une bonne raison de lui demander de sacrifier Isaac, sachant qu’il devrait être ressuscité des morts pour accomplir la promesse faite à son sujet. En étant disposé à offrir son fils, Abraham faisait ce que Dieu le Père allait faire plus tard, acceptant d’offrir Son Fils (Christ) en sacrifice. C’était une préfiguration. Nous qui avons la foi d’Abraham, nous devons aussi croire que Dieu peut ressusciter les morts.

    Les leçons de la foi d’Abraham.

    La foi d’Abraham étant souvent mentionnée dans la Bible, il y a plusieurs leçons que nous pouvons en tirer. Premièrement, que cet homme de Dieu fut justifié par celle-ci. Dieu a ordonné que nous soyons tous justifiés par la foi. Cela veut dire que nous sommes déclarés irrépréhensibles à Ses yeux, grâce au sang du sacrifice de Son Fils Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h) et par notre foi en Lui. 

    Romains 4:9-11 explique la signification de la justice de la foi : « Nous disons que la foi fut imputée à justice à Abraham. Quand donc lui fut-elle imputée ? Etait-ce après, ou avant sa circoncision ? Il n’était pas encore circoncis, il était incirconcis. Et il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice qu’il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis, afin d’être le père de tous les incirconcis qui croient, pour que la justice leur soit aussi imputée ».

    Par conséquent, qu’on soit Juif ou non, ceux qui ont la justice de la foi – justice qui leur est imputée par Dieu – sont enfants de notre père Abraham (verset 12). Tous doivent avoir la foi en suivant les traces d’Abraham.

    Le message de l’Évangile prêché à Abraham.

    N’oublions pas que les promesses divines faites à Abraham s’accomplissent par la foi. Ce dernier et ses descendants – ses vrais descendants, ceux qui ont la foi – hériteront les promesses divines faites à Abraham. Comme l’indique Romains 4:13, « En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. »

    Les promesses faites à Abraham font partie du message de l’Évangile. Abraham entendit l’Évangile, et y crut. En effet, « l’Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi ! » (Galates 3:8). Ceux qui sont en la foi sont bénis en croyant, comme Abraham. (Le passage cité s’applique à une promesse faite dans Genèse 12:3 et dans Genèse 22:18)

    C’est là un bon exemple pour nous qui entendons l’Évangile aujourd’hui. Tous n’obéissent pas. « Mais tous n’ont pas obéi à la bonne nouvelle. Aussi Esaïe dit-il : Seigneur, Qui a cru à notre prédication ? Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. » 

    Toutes les nations de la terre allaient être bénies en Abraham. Nous sommes bénis grâce à la juste postérité d’Abraham, c’est-à-dire Jésus-Christ (Yeshoua Ha Mashia'h).

    La foi et les œuvres

    Il y a une différence entre se fier sur ses propres œuvres et faire confiance à Dieu afin d’être justifié et sauvé. Et il y a une différence entre se fier à la loi – comme l’ont fait les Juifs – et accomplir de bonnes œuvres révélatrices de notre obéissance et d’une foi vivante.

    Abraham est notre modèle principal en ce sens : « Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi s’accomplit ce que dit l’Ecriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice ; et il fut appelé ami de Dieu. Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement » (Jacques 2:20-24).

    Notre foi se perfectionne à mesure que nous faisons de bonnes œuvres. Et ces dernières, nous devrions les faire en imitant Abraham. Comme l’explique Jean 8:39, « Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. » Ce dernier fit beaucoup d’œuvres qui démontraient sa foi profonde en Dieu. Jésus (Yeshoua) dit aux dirigeants juifs de Son temps : « Vous cherchez à Me faire mourir, Moi qui vous ai dit la vérité que J’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait » (verset 40).

    Abraham crut la vérité sortie de la bouche des messagers de l’Éternel, et il crut l’Eternel.

    La foi d’Abraham est une foi vivante.

    Nous devons imiter notre père Abraham. Croire que Dieu peut faire l’impossible et que rien n’est trop difficile pour Lui. Nous devons croire en Son pouvoir et en Ses promesses, sans douter. Nous devons avoir la foi et Lui obéir diligemment, nous détacher de ce monde et renoncer au péché.

    Nous devons en outre faire confiance à Dieu et Le laisser nous guider vers une « terre inconnue ». Au gré de nos vies, en tant que pèlerins et étrangers en ce monde, nous devons avoir les yeux rivés sur le Royaume de Dieu proche et sur une nouvelle Jérusalem. Notre foi dans l’héritage futur – le monde à venir – doit nous pousser à vivre par la foi.

    Enfin, par l’exemple d’Abraham, nous voyons que nous devons démontrer notre foi en étant obéissants à Dieu et en faisant de bonnes œuvres qui prouvent cette dernière. Notre foi grandit en faisant de bonnes œuvres. Avoir la foi et faire de bonnes œuvres, c’est avoir une foi vivante. « Moi, je te montrerai la foi par mes œuvres » (Jacques 2:18).

     

    Assurément, Abraham nous a prouvé sa foi par ses œuvres. Allez-vous suivre son exemple ? C’est la décision la plus importante que vous puissiez prendre. Puisse Dieu vous aider à effectuer ces changements critiques dans votre vie afin que vous puissiez hériter de la même récompense qu’Abraham quand Jésus (Yeshoua) reviendra pour instaurer le Royaume de Dieu ici-bas !

    ECRITS AJOUTES PAR MOI

    http://vieespoiretverite.org/croitre/foi/la-foi-d-abraham/

    « La foi, c’est quoi ?Sara »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :