• LA JOIE DE JESUS

    David Wilkerson

     

    Là où la Parole de Dieu est honorée, le résultat inévitable est un déversement d’une véritable “joie de Jésus”.

    Néhémie et Esdras ont dit à ceux qui étaient retournés à Jérusalem : “Vous avez été tout excités au sujet de la Parole de Dieu, vous avez eu faim de l’entendre, vous l’avez aimé et vous lui avez permis de travailler votre cœur. Vous vous êtes repentis, vous avez pleuré et porté le deuil et de tout cela a plu à Dieu. Mais à présent, il est temps de vous réjouir. Sortez vos mouchoirs et essuyez vos larmes. C’est le moment d’être dans la joie et la réjouissance” (voir Néhémie 8:9-10).

    La gloire du Seigneur est alors tombée sur Israël et le peuple a passé les sept jours suivants à se réjouir : “Tout le peuple s’en alla pour manger et boire… pour se livrer à de grandes réjouissances. Car ils avaient compris les paroles qu’on leur avait expliquées” (Néhémie 8:12).

    Le terme hébreux utilisé ici pour “réjouissance” signifie : “allégresse, gaîté, joie, bonheur.” Ce type de réjouissance n’est pas seulement une émotion positive : c’est une joie intérieure, une profonde exubérance. Elle peut s’exprimer différemment dans chacun de nous, parce qu’une telle joie vient du plus profond de l’être. Mais il est clair pour tous ceux qui nous entourent que la source de cette joie vient du ciel.

    A chaque fois qu’Israël s’est tourné vers le péché et l’idolâtrie, le Seigneur a ôté leur joie : “Je ferai cesser toute sa joie” (Osée 2:13). “Je ferai disparaître parmi eux les chants d’allégresse et les chants de joie…Tout ce pays deviendra une ruine, une désolation” (Jérémie 25:10-11).

    Tu te rappelles peut-être des chants d’Israël quand ils ont dansé autour du veau d’or. Quand Josué a entendu le peuple, il a dit : “ il y a un bruit de guerre dans le camp” (Exode 32:17). Mais Moïse a répondu : “Ce n’est ni le bruit d’un chant de victoire, ni le bruit d’un chant de défaite” (32:18). Moïse voulait dire : “C’est le cri d’un peuple qui est encore dans les liens. Ils n’ont pas encore vaincu leur péché.” L’or était devenu le dieu d’Israël et il a fait naître un cri par les lèvres du peuple. C’était un cri de fausse joie, un bruit qui signalait le jugement imminent de Dieu.

    http://leve-toi.com