• Le Fils unique du Dieu unique selon la Torah, l'Evangile et les sages d'Israël

     

    Bien que cette paracha date d'il y a quelques semaines, je suis absolument ravi de vous partager et de vous faire découvrir cette étude très importante concernant l'appellation "Fils unique de Dieu" très souvent attribuée au Messie dans la Brit Hadacha (Alliance renouvelée), appellation qui suscite beaucoup de controverse au seins des 3 grandes religions monothéistes.

    Ainsi, tant pour les juifs, les chrétiens que pour les musulmans, toute confusion sera ici ôtée au sujet du Messie en tant que "Fils unique de Dieu" du moins pour tous les juifs respectant les commentaires des sages d'Israël et pour tout les musulmans croyant ce qui est dit dans la sourate 5 : "il y a dans la Torah et l'Evangile Guide et Lumière."

    Excellente lecture à toutes et à tous :

    Par Thomas:

    Le Fils unique du Dieu unique selon la Torah, l'Evangile et les sages d'Israël

    Ce court article, qui se veut conforme à la Torah, à l’Evangile et aux enseignements des sages d’Israël, a pour but de clarifier les choses au sujet de cette confusion qu’il existe dans l’esprit de plusieurs concernant l’appellation du Messie en tant que « Fils unique » du Dieu d’Israël. La paracha révèle ici une précieuse vérité que nous vous invitons à découvrir…

    « Prends ton fils, TON UNIQUE, celui que tu AIMES, Isaac, et va-t’en au pays de Morija, et là OFFRE-LE en holocauste, sur une des montagnes que je te dirai. » (Genèse 22.2)

    « Je t’ai ENGENDRÉ aujourd’hui. Tu es mon Fils BIEN-AIMÉ; en toi j’ai mis toute mon affection. » (Luc 3.22 ; actes 13.33)

    « Dieu a tant aimé le monde, qu’il a OFFERT son Fils UNIQUE » (Jean 3.15)

    Le Messie : Le Fils unique du Dieu unique

    Tout comme il existe plusieurs appellations acceptées et scripturaires pour nommer le seul et unique vrai Dieu (Éternel, Seigneur, Père, Maître de l’univers, HaShem etc), il en est de même pour le Messie (Prince, Roi, Sauveur, Seigneur, fils de l’homme, fils de David, fils de Yossef). La plus célèbre des appellations du Messie, controversée dans le monde juif et musulman est celle de « Fils unique de Dieu » comme Yeshoua dit de lui même :

    « Alors le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit: Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Messie, LE Fils de Dieu. Et Yéshoua dit : Je le suis » (Matthieu 26.63-64 ; Marc 14.62)

    Et aussi : « La promesse qui avait été faite à nos pères, Dieu l’a accomplie pour nous leurs enfants, lorsqu’il a suscité Yéshoua; comme il est écrit dans le psaume second: Tu es mon fils, je t’ai engendré aujourd’hui. » (Actes 13:33)

    Et encore : « Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. » (Jean 1:18)

    Mais que signifie l’expression « Le Fils de Dieu » ? Et comment comprendre la phrase « Je t’ai engendré aujourd’hui » ? Pourquoi cela a-t-il suscité tant d’indignation allant jusqu’à dire d’une telle déclaration : « Tu blasphèmes » ?

    L’Ecriture explique l’Ecriture. Ainsi, fort du principe énoncé par les sages d’Israël, « Maassé avot siman lebanim » – « Tout ce qui est arrivé aux pères (les patriarches) est un signe pour les fils », un rapprochement, bien qu’imparfait, peut nous faire comprendre la pensée de l’Esprit à ce sujet et nous faire ainsi découvrir pourquoi le Messie d’Israël est aussi appelé le Fils unique du Dieu unique :

    Regardons dans la paracha ce qu’Elohim (Dieu) dit à Abraham: « Prends ton fils, ton fils unique, Isaac, celui que tu aimes » (Genèse 22:2). Ici, l’enfant de la promesse Isaac est appelé fils unique d’Abraham bien qu’Abraham en avait déjà un autre : Ismaël, qu’il eut avec Agar.

    Il est également écrit :  « Abraham engendra Isaac » (Genèse 25:19).

    Notez bien ces 2 versets : ils sont comme la clé qui ouvre le palais de la Vérité au sujet du Messie en tant que Fils unique de Dieu.

    Tandis que le terme « engendré » est employé pour Isaac, il est important de remarquer qu’au sujet d’Ismaël, il est seulement dit qu’il fut celui qu’« Agar l’Egyptienne, la servante de Sarah, enfanta à Abraham » (Genèse 25:12). Pour quelles raisons la Torah déclare t-elle qu’Abraham engendra Isaac, mais n’en fait pas de même avec Ismaël ?

    Un Midrash (commentaire des sages d’Israël) explique:

    « Il est écrit : “Voici les générations d’Isaac, le fils d’Abraham, Abraham engendra Isaac“, pour t’enseigner qu’il était semblable en tout point à son Père : dans sa beauté, sa sagesse, sa richesse, et ses bonnes oeuvres » (Midrash Tan’houma, parashat Shemot)

    Ce midrash est particulièrement remarquable aux yeux de tous ceux qui connaissent un peu le Messie Yéshoua présenté dans la Brit Hadacha (Alliance renouvelé) : c’est exactement ce qu’enseigne l’Evangile à son sujet ainsi que plusieurs juifs érudits de l’époque l’avait bien discerner. Ce n’est pas sans raison qu’une « grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi » (Actes 6.7) ou encore que Nicodème, ce docteur de la Torah, était venu voir secrètement Yéshoua pour lui dire : « Maître, nous savons que tu es un Docteur venu de Dieu: car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. » (Jean 3.2)

    Comme le midrash le dit au sujet d’Isaac, Yéshoua est lui aussi semblable en tout point à son Père : Yeshoua « ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. » (Jean 5.19) et encore : « celui qui a vu Yéshoua a vu le Père car il est l’image du Dieu invisible. ».

    Dans cette perspective et selon la Torah et les sages d’Israël, être engendré de quelqu’un ne signifie pas simplement l’avoir comme père ou mère, mais encore faut-il avoir le même caractère que lui.

    Ce principe se retrouve énoncé dans les évangiles : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les oeuvres d’Abraham » (Jean 8:39).

    On peut à présent mieux saisir le sens de Luc 2.52 et de Luc 3,22 : « Yéshoua croissait en sagesse, en stature, etOXYGEN VOLUME 13 en grâce, devant Dieu et devant les hommes. » (Luc 2.52) ; Puis plus tard, c’était lors de son immersion que Yeshoua eut atteint un niveau parfait de piété et qu’il eut la même personnalité que Dieu, devenant ipso facto l’expression humaine de son caractère parfait, si bien qu’Hashem (Dieu) pouvait lui dire à ce moment précis : « Tu es mon Fils; je t’ai engendré aujourd’hui ».

    Ce fut parce que Yeshoua, en tant que Fils de Dieu, « était semblable en tout point à son Père », pour reprendre les mots du Midrash, qu’il pouvait affirmer: « celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14:9)

    Pour mieux comprendre l’aspect spirituelle de l’expression « Fils unique de Dieu », rappelons-nous que La Torah nous enseigne et nous montre que ce monde matériel et physique est le reflet de principes et de lois spirituelle situées à un niveau beaucoup plus élevé comme il est dit : « Un culte, image et ombre des choses célestes, selon l’ordre divin qui fut donné à Moïse, lorsqu’il devait dresser le tabernacle: Prends garde, lui dit-Il, de faire tout selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. » (Hébreux 8.5)

    Tout le monde connait l’expression « on récolte ce que l’on sème » et nul n’ignore son application véritable dans le monde spirituel. Par exemple, celui qui sème une simple parole d’encouragement dite à propos peut permettre la récolte d’un bienfait immense et sauver une âme du suicide. Et de même, un simple petit mensonge, une moquerie ou une mauvaise parole dite au mauvais moment peut amener un mal immense voir la mort et le suicide.

    Yeshoua nous montre cette réalité spirituelle sous un autre angle avec cette parabole d’un homme qui sème une graine de moutarde et qui récoltera le plus grand de tous les arbres :

    « A quoi le royaume de Dieu est-il semblable, et à quoi le comparerai-je ? Il est semblable à une graine de moutarde, qu’un homme prend et met dans son jardin; et elle croît et devient un grand arbre, de sorte que les oiseaux du ciel habitent dans ses branches. » (Luc 13.19)

    Yéshoua nous parle ici du royaume de Dieu à venir, c’est à dire le rétablissement du royaume d’Israël, « le rétablissement de toutes les choses que Dieu a prononcées par la bouche de tous ses saints Prophètes, dès le commencement du monde » (actes 3.21), avec le Messie comme « Roi des juifs » et « Roi des rois ». La graine de moutarde, plus petite de toute les graines, est Abraham, 1 seul homme au milieu d’une génération idolâtre, mort à lui même pour suivre Dieu et répondre à l’appel divin en quittant son « pays, sa patrie, et la maison de son père » (Genèse 12.1) afin d’être planté dans le jardin de l’Eternel, dont la postérité, comme nous le dit notre paracha et la parabole de Yéshoua, deviendra telle ce « grand arbre, de sorte que les oiseaux du ciel habitent dans ses branches. »  : « Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel; toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité » (Genèse 26).

    Evidemment, cette graine de moutarde représente également le Messie d’Israël, Yéshoua, un seul homme qui, à cause du travail de son âme justifiera un grand nombre d’hommes (Esaïe 53), offrant la résurrection et la vie éternelle pour une multitude comme il est dit de la bouche du Messie :

    « Je suis la résurrection et la vie: celui qui croit en moi, encore qu’il soit mort, il vivra. » (Jean 11.25)

    et encore : « La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6.40)

    Si nous ne comprenons pas ces simples paraboles, comment comprendrions-nous le reste ? Yéshoua lui même pose la question : « Si je vous ai parlé des choses terrestres, et que vous ne croyiez point, comment croirez-vous, si je vous parle des choses célestes ? » (Jean 3:12)

    Ainsi en est-il du terme « Fils unique » : il ne doit pas être compris comme un fils biologique ni comme si Dieu n’avait qu’un seul fils sans aucun autres enfants ! Yéshoua est appelé Fils unique pour nous faire comprendre avec un language terrestre une réalité spirituelle de la plus haute importance : Comme il est dit qu’Abraham a engendré son fils unique Isaac à sa ressemblance bien qu’il ait d’autres enfants, Dieu le Père a également engendré Un Fils Unique à Son Image : le Messie Yéshoua.

    Mais aussi, Yeshoua est appelé « fils unique de Dieu » dans l’évangile de Jean (Jean 3:16), non pas parce que Dieu n’avait point d’autres enfants, mais parce qu’il y avait en lui quelque chose d’absolument unique qui le distinguait de ses semblables comme il est dit dit : « ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues. » (Psaumes 45.8)

    Il y a « les fils de Dieu » qui le sont en vérité par adoption (éphésiens 1.5) et il y a LE Fils de Dieu qui n’a jamais été adopté mais qui EST dès le commencement avec le Père comme le dit un midrash au sujet du verset de Genèse 1.1-2 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. » (Genèse 1.1-2)

    Le Midrash regarde la deuxième partie du verset et explique: « C’est l’esprit du Machia’h » et encore : « L’Esprit de Dieu au dessus est une allusion à « l’Esprit du Messie » comme on peut le lire : « Et l’Esprit de Dieu reposera sur lui » (ISAÏE 11.2) »

    Ce qui signifie pour le Judaïsme que le Messie était présent à la création, c’est ce qui fera dire à Yéshoua : « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. » (Jean 8.58). Certains juifs de l’époque, mal enseignés, lui dirent donc : « Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! ». Cependant, si les opposants à Yéshoua avaient eu un coeur ouvert avec la connaissance du midrach que nous venons de voir et aujourd’hui connu dans le judaïsme authentique, ils auraient compris que seul le Messie pouvait se prévaloir d’exister avant Abraham…

    Qui et quel est le Messie ? Maïmonide (un sage d’Israël) le décrit comme celui qui va rétablir le royaume de David à son ancienne gloire… Il bâtira le temple et recueillera les Juifs dans la Diaspora en Israël exactement comme l’enseigne la Brith Hadacha au travers de la bouche du souverain sacrificateur Caïphe qui prophétisa sur Yéshoua en ces termes : « Yeshoua devait mourir pour la nation. Et ce n’était pas pour la nation seulement; c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. » (Jean 11.51-52)

    Si le Messie Yéshoua est véritablement LE Fils unique, cela ne doit évidemment pas occulter le fait que Dieu,  a des fils et des filles, comme le montre l’Evangile et comme la Torah elle même le montre et le déclare en parlant des enfants d’Israël :

    « Vous êtes les fils (ben) de l’Éternel (YHWH), votre Dieu (Elohim): » (Deutéronome 14.1). Mais Le problème avec Yeshoua (Jésus) ce n’est pas qu’il s’estimait être un fils de Dieu, les juifs savent qu’il n’y a aucun problème avec cela.

    Le problème est qu’il déclarait être LE Fils Unique de Dieu, et cela change énormément, car il se faisait semblable à son Père en tout point et à juste titre : La Brit Hadacha (alliance renouvelée) témoigne que le Messie est « l’image du Dieu invisible, l’emprunte de Sa Personne, le reflet de Sa Gloire » (Colossiens 1:15 Hébreux 1.3). Et comme le témoigne le midrach, l’appellation « fils unique engendré » lui convient parfaitement ainsi qu’il est dit d’Isaac : il est « l’unique » d’Abraham, le fils « engendré » qu’il a offert car « il était semblable en tout point à son Père : dans sa beauté, sa sagesse, sa richesse, et ses bonnes oeuvres ». Ainsi est le Messie par rapport à Dieu : Fils Unique engendré.

    Le Fils unique et engendré de Dieu marque une claire distinction avec les autres fils de Dieu et même avec un monument comme Isaac car aucun ne peut se targuer d’être sans péché, le reflet parfait de la gloire de Dieu ni l’image de Celui que les cieux des cieux ne peuvent contenir… Yéshoua était le seul à pouvoir affirmer une telle chose…

    Il est bien Le Fils Unique de Dieu, existant de toute éternité auprès du Père et manifesté dans la fin des temps selon la promesse de Dieu faite dès les temps anciens à la femme : un jour, le Messie sortira d’elle et écrasera satan : « celle-ci t’écrasera la tête, et toi tu la blesseras au talon. », c’est à dire : « Ta postérité écrasera la tête du Serpent » (Genèse 3.15)

    C’est aussi pour cela que Yéshoua dira : « Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. » (Jean 8.24) ainsi que l’avait prophétisé Moïse en parlant du Messie à venir : «  quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple. ».

    Rappelons-nous du principe énoncé par les sages d’Israël : « Maassé avot siman lebanim » – « Tout ce qui est arrivé aux pères (les patriarches) est un signe pour les fils » et pour terminer cette étude, contemplons encore la révélation de la Torah qui nous parle du Messie comme du Fils unique de Dieu :

    « Abraham ENGENDRA Isaac. » (Gen 25.19) ; « Dieu ENGENDRA Yéshoua » (Actes 13.33)

    « celui que tu AIMES, Isaac » (Genèse 22.2) ; « Mon Fils BIEN-AIMÉ; » (Luc 3.22)

    « Prends ton fils, TON UNIQUE » (Genèse 22.2) ; « Son Fils UNIQUE » (Jean 3.15)

    « OFFRE-LE en holocauste » (Genèse 22.2) ; « Dieu a OFFERT son Fils » (Jean 3.15)

    Que le Dieu de gloire, HaShem, bénisse son peuple Israël et tous ceux qui aiment son Messie !

    Remarquez encore d’autres similitudes :

    – Selon les commentaires des sages d’Israël, Isaac a accepté son sort et s’est offert en holocauste volontairement. Yéshoua aussi.

    – Les Sacrifices d’Isaac et de Yéshoua se sont passés sur une montagne.

    – Le premier livre de L’alliance (Berechit/Genèse) est le seul livre à nous parler du sacrifice du Fils de la promesse (Isaac, fils unique d’Abraham offert) ; Le premier livre de L’alliance renouvelée (Yohanan (Jean)) est le seul livre de la Brit Hadacha (Alliance renouvelée) qui nous parle aussi du Fils de la promesse en tant que Fils unique de Dieu offert.

    La précision biblique est décidément scientifique et grâce à l’enseignement de la Torah, des sages d’Israël et de la Brit Hadacha, Le Messie Yéshoua apparaît d’une manière toujours plus percutante dans les saintes Ecritures ainsi qu’il est dit : « si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi.» (Jean 5.46)

    Que l’Eternel nous donne de combattre le bon combat de la foi jusqu’au bout. Amen.

    Etude de Thomas, inspirée de sources juives

    « Coca-Cola, Apocalypse et Islam ! Drôles de couleurs...Prières Juives orthodoxes qui parlent du Seigneur Yéshoua »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :