• Le Royaume de Dieu (2): le greffage

     (Enseignement donné par Daniel STEEN lors du séminaire de Damville, en Août 2016)

    Site: michelledastier.com/

    Le Royaume de Dieu (2): le greffage


    « Nul ne vient au Père que par moi ! » (Jean 14/6).

    Dans la parabole du fils prodigue, le grand frère n’avait pas un « cœur à cœur » avec son père. Alors la tristesse de Dieu apparait dans un petit verset :

    « Je disais : Tu m’appelleras : Mon Père ! » (Jér 3/19).

    Le fils cadet, en revenant brisé et prenant le chemin du salut, a touché le cœur du Père…

    Cependant, à certains « chrétiens » le Seigneur dira : « Je ne vous connais pas » ou « Je ne vous ai jamais connus »…!

    Que chacun s’examine donc avant de juger le grand frère.

     

    Le mur de séparation

    Paul parle de la réunion des deux maisons :

    Eph 2/11-20 : C’est pourquoi, souvenez-vous qu’autrefois vous étiez identifiés comme non juifs dans votre corps, appelés incirconcis par ceux qui se disent circoncis et qui le sont dans leur corps, par la main de l’homme. 12 Souvenez-vous qu’à ce moment-là vous étiez sans Messie, exclus du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. 13 Mais maintenant, en Yeshoua ha Mashiah, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang de Christ.

       14 En effet, il est notre paix, lui qui des deux groupes n’en a fait qu’un et qui a renversé le mur qui les séparait, la haine. 15 Par sa mort, il a rendu sans effet la loi avec ses commandements et leurs règles, afin de créer en lui-même un seul homme nouveau à partir des deux, établissant ainsi la paix. 16 Il a voulu les réconcilier l’un et l’autre avec Dieu en les réunissant dans un seul corps au moyen de la croix, en détruisant par elle la haine. 17 Il est venu annoncer la paixà vous qui étiez loin et à ceux qui étaient près. 18 A travers lui, en effet, nous avons les uns et les autres accès auprès du Père par le même Esprit. 19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des résidents temporaires; vous êtes au contraire concitoyens des saints, membres de la famille de Dieu. 20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et prophètes, Yeshoua ha Mashiah lui-même étant la pierre angulaire.

    Qui sont les étrangers dont Paul parle ? Au verset 17, l’apôtre fait allusion à Daniel qui était en Babylonie avec Juda. Par ailleurs Ephraïm était dispersé depuis l’Assyrie dans bien des contrées lointaines, alors il prend l’expression que Paul utilisera dans le texte ci-dessus :

    Dan 9/7 : A toi, Seigneur, est la justice, et à nous la confusion de face, en ce jour, aux hommes de Juda, aux habitants de Jérusalem, et à tout Israël, à ceux qui sont près et à ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les as chassés à cause des infidélités dont ils se sont rendus coupables envers toi.

    Ainsi ceux qui sont « près » sont les habitants de Juda et ceux qui sont « loin » sont les Ephraïmites dispersés dans les nations.

    Yeshoua a donc abattu le « mur » qui séparait ces deux peuples de Juda et Israël. De quel mur s’agit-il ? D’un mur de « clôture » entourant une bergerie. Ce mur a été construit par Dieu pour éloigner Israël :

    Osée 2/6-7 : C’est pourquoi voici, je vais fermer son chemin avec des épines et y élever un mur, afin qu’elle ne trouve plus ses sentiers. 7 Elle poursuivra ses amants, et ne les atteindra pas ; elle les cherchera, et ne les trouvera pas. Puis elle dira : J’irai, et je retournerai vers mon premier mari, car alors j’étais plus heureuse que maintenant.

    Lorsque ce mur tombe, c’est le signal que la punition d’Ephraïm est terminée. Si le mur est tombé, Ephraïm a la possibilité de rentrer.

    Remarque 1 : Le mur dont parle Paul n’est pas celui qui était dans le Temple pour séparer juifs et gentils, car cette épitre aux Ephésiens fut écrite en 60-61, le Temple était encore debout. Il s’agit du mur « spirituel » élevé par Dieu.

    Remarque 2 : Dans ses lettres, pour parler des disciples d’origine païenne, Paul parle avec le mot grec « Akroboustia » (ακροβυστια) qui signifie « prépuce » et non « incirconcision ». Quand il parle des juifs de naissance il emploi le mot « peritomé » (περιτομη) qui signifie « circoncision ». Le mot grec pour « incirconcision » est « aperitomé », mais Paul ne l’emploie pas pour les non juifs. Ceci monte que ces « non juifs » sont sans doute des descendants d’Ephraïm ayant oublié leur identité et la circoncision. Il existe donc 3 catégories de personnes :

    les circoncis de naissance : peritomé

    les incirconcis, véritables païens : aperitomé

    les disciples non-juifs à qui il s’adresse : akroboustia

    Eph 2/11 : C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés prépuces (akroboustia) par ceux qu’on appelle circoncis (peritomé) et qui le sont en la chair par la main de l’homme,……

     

    Mon peuple et la miséricorde

    Ephraïm est à l’époque des apôtres « étranger » et « dispersé ». Pierre s’adresse à ce peuple :

    1 Pie 1/1 : Pierre, apôtre de Yeshoua ha Mashiah, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie,…

    Pierre compare ces étrangers à la prophétie d’Osée :

    1 Pie 2/10 : vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde.

    Osée 1/6-9 : Elle conçut de nouveau, et enfanta une fille. Et l’Eternel dit à Osée : Donne-lui le nom de Lo-Ruchama ; car je n’aurai plus pitié de la maison d’Israël, je ne lui pardonnerai plus. 7 Mais j’aurai pitié de la maison de Juda ; je les sauverai par l’Eternel, leur Dieu, et je ne les sauverai ni par l’arc, ni par l’épée, ni par les combats, ni par les chevaux, ni par les cavaliers. 8 Elle sevra Lo-Ruchama ; puis elle conçut, et enfanta un fils. 9 Et l’Eternel dit : Donne-lui le nom de Lo-Ammi ; car vous n’êtes pas mon peuple, et je ne suis pas votre Dieu.

    Mais Dieu fait quand même miséricorde à la maison d’Israël, comme il l’avait annoncé :

    Osée 2/23 : Je planterai pour moi Lo-Ruchama dans le pays, et je lui ferai miséricorde ; je dirai à Lo-Ammi : Tu es mon peuple ! et il répondra : Mon Dieu !

    Il est clair que Pierre s’adresse aux Ephraïmites et que la bénédiction de Dieu commence alors à se répandre sur ce peuple qui n’en était plus un…Dieu est grand !

     

    Les 12 tribus dispersées

    Nous savons par la tradition juive, que lorsque les hébreux ont quitté l’Egypte avec Moïse, les 4/5èmes sont restés là-bas. Lorsque Juda est revenu de Babylonie, les 4/5èmessont aussi restés là-bas ! Ainsi, des membres de toutes les tribus étaient dispersées dans le monde, c’est pourquoi Jacques s’adresse à elles :

    Jacq 1/1 : Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Yeshoua ha Mashiah, aux douze tribus qui sont dans la dispersion, salut !

    Nous remarquons encore que l’apôtre ne s’adresse pas aux gentils.

     

    Le greffage des gentils

    L’olivier sauvage

    L’olivier est un symbole de la nation des enfants de Jacob, jamais les nations des gentils ne sont appelées « olivier » dans l’écriture. C’est Paul qui introduit cette notion. Par exemple :

    Jér 11/16-17 : Olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit, Tel est le nom que t’avait donné l’Eternel ; Au bruit d’un grand fracas, il l’embrase par le feu, Et ses rameaux sont brisés. 17 L’Eternel des armées, qui t’a planté, Appelle sur toi le malheur, A cause de la méchanceté de la maison d’Israël et de la maison de Juda, Qui ont agi pour m’irriter, en offrant de l’encens à Baal.

    Osée 14/5-6 : Je serai comme la rosée pour Israël, Il fleurira comme le lis, Et il poussera des racines comme le Liban. 6 Ses rameaux s’étendront ; Il aura la magnificence de l’olivier, Et les parfums du Liban.

    Paul parle de deux oliviers (Rom 11/1-27) l’un sauvage : les nations et l’autre cultivé : Jacob. La partie cultivée n’a pas donné les fruits attendus et une partie a été retranchée, il s’agit du royaume du nord : Israël (Ephraïm).

    Le projet de Dieu est qu’Ephraïm soit regreffée de nouveau sur la racine et que les gens des nations (les gentils), puissent également être greffés sur l’olivier cultivé parmi les branches restantes, c’est à dire Juda.

     

    Rom 11/13 : Je vous le dis, à vous qui êtes d’origine non juive…..(S21)

    Rom 11/17-18 : Mais si quelques-unes des branches ont été coupées et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été greffé parmi les branches restantes et tu es devenu participant de la racine et de la sève de l’olivier, 18 ne te vante pas aux dépens de ces branches. Si tu te vantes, sache que ce n’est pas toi qui portes la racine, mais que c’est la racine qui te porte. (S21)

     

    Rom 11/24 : Si toi, tu as été coupé de l’olivier sauvage auquel tu appartenais par nature et greffé contrairement à ta nature sur l’olivier cultivé, à plus forte raison eux seront-ils greffés conformément à leur nature sur leur propre olivier. (S21)

    La plénitude des nations

    Paul ajoute dans ce texte que la réunion des deux branches produira la « plénitude des nations » :

    Rom 11/25-26 : Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, pour que vous ne soyez pas sages à vos yeux: l’endurcissement est venu en partie pour Israël jusqu’à ce que la plénitude des nations soit entrée. 26 Et ainsi, tout Israël sera sauvé, comme il est écrit: « Le libérateur viendra de Siôn; il détournera l’impiété de Ia‘acob.(S21)

    Or, que représente la « plénitude des nations », sinon Ephraïm selon la prophétie de Jacob (Gen 48/19).

    Le Royaume de Dieu (2): le greffage

    Ainsi donc le retour de la branche Ephraïmite sur l’olivier cultivé est une image de la réunion des deux maisons, c’est alors que Paul a pu dire « et tout Israël sera sauvé » :

    L’expression « Tout Israël » représente cette fois Juda et Ephraïm, les enfants de Jacob dont Dieu dit qu’il « détournera l’impiété ». Ainsi, la réunion des deux maisons est littéralement le salut du monde. Ce sera la « vie d’entre les morts » :

    Rom 11/11 : Je demande donc: « Serait-ce pour tomber que les Israélites ont trébuché? » Certainement pas! Mais grâce à leur faux pas, les non-Juifs (les nations) ont eu accès au salut afin de provoquer leur jalousie.

    Rom 11/15 : En effet, si leur mise à l’écart a entraîné la réconciliation du monde, que produira leur réintégration, sinon le passage de la mort à la vie ?

    Il y a 3 versets : Gen 12/3, 18/18, 28/14 dans lesquels le verbe èr’B; (Barak) qui signifie « bénir ». Ce verbe a également le sens de « s’agenouiller », comme on s’agenouille devant l’Eternel pour chercher sa grâce (Berek = genoux). Par conséquent cela signifie une recherche de communion, de relation intime.

    Dans le verset ci-dessous il est conjugué à la forme Nif’al, qui est une forme passive :

    Gen 12/3 : Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.

    Le terme hébreu est : Wkr]b]nIwÒ (VeNivrekou). Cette forme Nif’al à l’accompli est précédée du vaw inversif, ce qui devient de l’inaccompli à la 3ème personne du pluriel, on peut le traduire par « seront bénies », mais aussi « seront agenouillées » (pour chercher à être en communion).

    Cependant, les sages d’Israël ont dit que cette forme peut également se traduire par « entremêler, greffer ». Dans le Talmud Mishna Kilayim 7:1, la même racine « Barak » est utilisée comme suit :

    Årab öpgh ta èyrbmh

    « Si l’on a déployé le cep de vigne et enfoncé en terre »

    Le commentaire du Talmud dit ceci : « Rashi, Baba Batra 19b, traduit ce terme par provigner. En effet, le provin est le marcottage appliqué à la vigne. » Mais qu’est-ce exactement que « Provigner » ?

    Provigner : coucher en terre les jeunes pousses d’une plante, après avoir fait une entaille, afin qu’elles prennent racine et qu’il s’en forme d’autres rejetons. L’automne est la saison la plus favorable à tailler et provigner les vignes. Provigner signifie donc « greffer, bouturer ». (Wiktionnaire)

    Ainsi le gentil qui accepte le salut en Yeshoua haMashiah et qui bénit les Fils de Jacob est « provigné » (greffé) sur la racine de l’olivier cultivé.

    Eph 2/11-12,19 : Souvenez-vous donc, vous, les nations de la chair, vous qui étiez dits prépuce par ladite circoncision de la chair, faite de main d’homme. 12 Vous étiez alors sans messie, étrangers à la cité d’Israël, en dehors des pactes de la promesse, sans espoir et sans Elohîms dans l’univers……. 19 Donc, jamais plus étrangers ni métèques, mais concitoyens des hommes consacrés et de la maison d’Elohîms. (Chouraqui)

    Quel beau projet….

    L’adoption : une ancienne méthode

    Nous devons nous rappeler que Jacob a introduit la notion d’adoption lorsqu’il a adopté Ephraïm et Manassé. Ces enfants étaient bien sûr fils de Joseph, mais aussi d’une égyptienne.

    La Bible donne plusieurs exemples de « gentils » qui ont été intégrés dans le peuple de Dieu. Nous voyons par exemple qu’un peuple nombreux a suivi les tribus d’Israël dans le désert (Ex 12/38) et s’est intégré à eux. Ce fut le cas de Ruth la Moabite (Ruth 1/16) qui pourtant était sous le coup d’une malédiction à cause de ses ancêtres. Ce fut aussi le cas de Rahab la prostituée de Jéricho (Jos 6/25).

    Ainsi les gentils peuvent être intégrés au peuple de Dieu s’ils s’attachent à l’Eternel le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Ceci est clairement annoncé dans la parole :

    Es 56/6-8 : Et les étrangers qui s’attacheront à l’Eternel pour le servir, Pour aimer le nom de l’Eternel, Pour être ses serviteurs, Tous ceux qui garderont le sabbat, pour ne point le profaner, Et qui persévéreront dans mon alliance, 7 Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière ; Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. 8 Le Seigneur, l’Eternel, parle, Lui qui rassemble les exilés d’Israël : Je réunirai d’autres peuples à lui, aux siens déjà rassemblés.

    Ainsi l’Eternel met les conditions très clairement en face de nous. Si les étrangers observent les lois du royaume, ils peuvent intégrer celui-ci. Dieu leur garantit une place.

    Maintenant il faut comprendre également que la parole nous dit que pour entrer dans la Jérusalem céleste (l’épouse de l’agneau), il faut passer par l’une des portes, dont chacune s’appelle du nom d’une des 12 tribus d’Israël.

    Apoc 21/12-13 : Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël : à l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l’occident trois portes.

    Avez-vous remarqué qu’il n’y a aucune porte qui s’appelle du nom d’un gentil ?Cela signifie que les gentils qui s’intègrent au peuple de Dieu doivent être intégrés dans l’une des tribus de manière à passer la porte. Ils sont adoptés par l’une des tribus ! (chez les juifs un enfant adopté est considéré comme un fils génétique). Ceci était aussi écrit d’avance, nous pouvons lire :

    Ez 47/22-23 : Vous le diviserez en héritage par le sort pour vous et pour les étrangers qui séjourneront au milieu de vous, qui engendreront des enfants au milieu de vous ; vous les regarderez comme indigènes parmi les enfants d’Israël ; ils partageront au sort l’héritage avec vous parmi les tribus d’Israël. 23 Vous donnerez à l’étranger son héritage dans la tribu où il séjournera, dit le Seigneur, l’Eternel.

     

    La réunion des deux branches

    La réunion des deux maisons est décrite dans le très beau texte d’Ezéchiel 37. Les traductions parlent souvent de deux branches, ou deux bois. Or, en hébreu le mot utilisé est : Å[e (‘ets) qui signifie : bois, branche, arbre, forêt, planche, tige, bâton, potence. Ainsi un « bois » ou un « arbre » ou une « branche » c’est la même chose. Voici le texte :

    Ez 37/15-28 : La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots: 16 Et toi, fils de l’homme, prends une pièce de bois, et écris dessus : Pour Juda et pour les enfants d’Israël qui lui sont associés. Prends une autre pièce de bois, et écris dessus : Pour Joseph, bois d’Ephraïm et de toute la maison d’Israël qui lui est associée. 17 Rapproche-les l’une et l’autre pour en former une seule pièce, en sorte qu’elles soient unies dans ta main. 18 Et lorsque les enfants de ton peuple te diront : Ne nous expliqueras-tu pas ce que cela signifie ? 19 réponds-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d’Ephraïm, et les tribus d’Israël qui lui sont associées ; je les joindrai au bois de Juda, et j’en formerai un seul bois, en sorte qu’ils ne soient qu’un dans ma main. 20 Les bois sur lesquels tu écriras seront dans ta main, sous leurs yeux. 21 Et tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je prendrai les enfants d’Israël du milieu des nations où ils sont allés, je les rassemblerai de toutes parts, et je les ramènerai dans leur pays. 22 Je ferai d’eux une seule nation dans le pays, dans les montagnes d’Israël ; ils auront tous un même roi, ils ne formeront plus deux nations, et ne seront plus divisés en deux royaumes. 23 Ils ne se souilleront plus par leurs idoles, par leurs abominations, et par toutes leurs transgressions ; je les retirerai de tous les lieux qu’ils ont habités et où ils ont péché, et je les purifierai ; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu. 24 Mon serviteur David sera leur roi, et ils auront tous un seul pasteur. Ils suivront mes ordonnances, ils observeront mes lois et les mettront en pratique. 25 Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, et qu’ont habité vos pères ; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité ; et mon serviteur David sera leur prince pour toujours. 26 Je traiterai avec eux une alliance de paix, et il y aura une alliance éternelle avec eux ; je les établirai, je les multiplierai, et je placerai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. 27 Ma demeure sera parmi eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 28 Et les nations sauront que je suis l’Eternel, qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera pour toujours au milieu d’eux.

    Le Royaume de Dieu (2): le greffage


    Nous voyons que c’est grâce à cette réunion que les nations sauront qui est l’Eternel !

    Dieu va chercher dans les nations les « enfants d’Israël » pour les unir aux « enfants de Juda ». David (Yeshoua) sera leur Roi et ils observeront la Torah de façon à ne plus être « vomis » de la terre de Dieu.

    Dieu traitera une « alliance de paix » avec eux. Celle-ci est annoncée dans ce texte :

    Jér 31/31 : Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,…

    Nous remarquons que les gentils ne sont pas cités dans cette « nouvelle alliance » parce qu’ils sont « intégrés » dans la branche Israël. Cette alliance a été faite dans le sang de Yeshoua comme suit :

    Luc 22/20 : Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

     

    La postérité composée de plusieurs nations

    Isaac avait prophétisé sur Jacob comme ceci :

    Gen 28/3 : Él Shadaï te bénira, il te fera fructifier et te multipliera, tu seras une assemblée de peuples. (Chouraqui)

    Le verbe utilisé pour « assembler » est lh’q; « qahal » duquel vient le mot « qéhilah » qui signifie : une assemblée, réunion, foule. Ce mot est encore utilisé dans ce texte :

    Gen 35/9-13 : Elohîms se fait voir encore à Ia‘acob, à sa venue de Padân Arâm. Il le bénit. 10 Elohîms lui dit: « Ton nom, Ia‘acob, ton nom ne sera plus crié Ia‘acob: oui, Israël est ton nom. » Il crie son nom: Israël. 11 Elohîms lui dit: « Moi, Él Shadaï! Fructifie, multiplie ! Une nation et une assemblée de nations seront de toi. Des rois de tes lombes sortiront. 12 La terre que j’ai donnée à Abrahâm, à Is’hac, je te la donne et à ta semence après toi, je donne la terre. » 13 Elohîms monte au-dessus de lui du lieu où il avait parlé avec lui. 14 Ia‘acob poste une stèle, au lieu où il avait parlé avec lui, une stèle de pierre. Il répand sur elle une libation et coule sur elle de l’huile.(Chouraqui)

    Dans la bible septante le mot « qahal » est traduit 36 fois par « sunagogué » d’où vient le mot « synagogue » et 60 fois par « ekklesia » d’où vient le mot « église ».

    Par conséquent une église est une « qéhilah », ce qui n’est pas une nouvelle entité inventée à l’époque de Yeshoua. Ce n’est que la continuation de l’assemblée des enfants d’Israël (Jacob).

    Nous devons rappeler à ce stade de l’étude que la postérité d’Abraham :

    -Est composée de multiples nations

    -Quelle a en héritage perpétuel la terre d’Israël

    Par ailleurs, les devoirs qui incombent à cette postérité sont les suivants :

    -L’Eternel doit être son seul Dieu

    -La postérité doit garder la circoncision

    -Observer la Torah de Dieu

    Si la postérité ne respecte pas ces conditions, elle perd ses droits, mais peut les obtenir à nouveau par la repentance.

    Après examen de tous ces textes, nous pouvons dire qu’une partie des « non juifs » qui ont reconnu Yeshoua comme le Mashiah, sont des descendants d’Ephraïm et non des païens.

    Les Ephraïmites d’aujourd’hui sont en partie les « chrétiens » qui sont attirés par la racine de l’olivier cultivé et beaucoup d’entre eux recommencent à mettre en pratique la Torah, notamment par le shabbat. C’est l’une des conditions de l’héritage.

    Ainsi, actuellement dans le monde nous observons des personnes qui se sentent attirées par le peuple de Juda et qui sont éprises d’un amour inexplicable et inconditionnel pour ce peuple. Bien souvent ces personnes ne savent pas si elles ont des racines Ephraïmites. Or, c’est justement cet appel qui les distingue des autres. Le Mashiah est en train de réveiller le peuple d’Israël pour qu’il soit prêt à rejoindre Juda, son frère.

    Il ne s’agit en aucun cas d’un remplacement du peuple d’Ephraïm génétique par des chrétiens, mais d’un réveil des Ephraïmites qui sont en partie au sein du monde chrétien. Tous ceux qui se disent chrétiens ne sont pas attirés par la racine de l’olivier.

    Le 27 mars 2015, JM Thobois a dit lors d’un enseignement sur le « Mystère d’Israël » que « l’église est la réunion en un seul corps des restes d’Israël qui ont cru au MashiahYeshoua et les païens greffés »

    Source: http://www.michelledastier.com/le-royaume-de-dieu-2-le-greffage-et-lescalier-du-royaume/

    Remarque: cet enseignement contenait un supplément intitulé: L'escalier du Royaume que j'ai choisi de publier dans un article ultérieur.

    Je joins la version audio complète pour ceux qui sont plus à l'aise dans l'écoute.

    Le lien de l'article source est le suivant:

     

    http://www.michelledastier.com/audio/?sermon_id=189

    http://www.discernerlesondushofar.com/le-royaume-de-dieu-2-le-greffage-a126618140

    « PARACHA « REEH » VOISSainte convocation de "YOM THEROUAH" (fête des trompettes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :