• Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem.

    Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem.

    Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem, de l'époque judéo-chrétienne du 1er siècle a été redécouvert sur la Montagne de Sion. de là, le Sceau Messianique est porteur d'un message qui peut changer le MONDE.


    Nous parlerons de : 
    1) La secte nazaréenne du judaïsme devenue l'Eglise de Jérusalem, sur le Mont Sion, où le Sceau Messianique a été découvert.
    2) Puis, l'interprétation biblique du sens du Sceau Messianique et sa portée contemporaine.



    undefined 
    L'Eglise de Jérusalem entièrement juive est l'origine de toute la Chrétienté Eccliésiastique, jusqu'à nos jours. Elle est la "souche de Jessé" posée à l'aplomb du trône de David sur la montagne de Sion, d'où sont sortis "Yeshoua" et donc l'Eglise.
    Le Sceau Messianique fut gravé et peint par les tout premiers croyants, à savoir peut-être, l'un ou plusieurs apôtres. Son message a une implication de nos jours, tout comme la première gravure (empreinte) de ce temps là. Le Sceau, nous a fait remonter aux origines des barrières érigées par les hommes, celles qui ont séparé au cours des siècles, les Juifs entre eux et les Juifs des non-Juifs, et qui ont produit les horreurs de l'antisémitisme. Ce Sceau devrait faire tomber le mur de séparation. A travers le Sceau, se crée l'UNITE, ainsi l'Eglise retourne à la Montagne de Sion, où les croyants Juifs et non-Juifs, retrouvent ensemble les racines juives de leur foi.


    LE SCEAU MESSIANIQUE DE L'UNITE :
    Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem, est représenté par le chandelier à sept branches, l'étoile  de David,  le poisson. Outre l'emploi du TAV (dernière lettre de l'alphabet hébreu) ou signe de la croix dans l'oeil du poisson sur <<la pierre pour l'onction>> (qui a également été retrouvée), il se distingue des autres inscriptions et Sceaux nazaréens, en ce qu'il est plus nettement juif. Le "Tav"  est la dernière lettre de l'alphabet hébreu. Dans l'ancienne écriture, il avait la forme d'une croix et servait de symbole pré-chrétien. Symbole du salut, il a probablement été utilisé par les Esséniens. Dans la vision prophétique d'Ezéchiel, c'est la marque qui est apposée sur le front des justes. Ez.9:1-7. Le Sceau est exclusivement Juif et Nazaréen, car par nécessité politique, l'Eglise non-Juive des premiers temps, s'efforçait de prendre ses distances envers les Juifs.

    LES TROIS PARTIES DU SCEAU :
    Le Sceau, formé de trois parties reliées verticalement, est très riche en signification. Il représente le corps des croyants (le poisson), relié par la souche de Jessé (l'étoile), au LIEU très Saint (le chandelier) donc à DIEU. Ainsi, il peut également symboliser la rédemption de l'Eglise, grâce aux deux offices messianiques, c'est-à-dire L'oint de David et Aaron.

    En fait, lorsqu'on regarde de près la représentation du Sceau, on remarque qu'il y a deux images, la troisième étant formée par leur lien, la queue du poisson et le pied de la ménorah. Le poisson se dirige vers la terre, la demeure terrestre de l'homme; tandis que le chandelier se tourne vers le ciel, l'infini de DIEU, représentant la souche de Jessé, devient alors ce qui unit DIEU  et L'HOMME. Nous sommes tous familiers avec la signification du chandelier à sept branches placé devant le Lieu très Saint dans le Temple de Dieu. Il n'en est pas de même de l'étoile de David. Elle apparaît pour la première fois, sur un Sceau Juif au 7ème siècle avant Jésus-Christ. Elle est associée aux judéo-chrétiens dans le <<Testament de Salomon>> livre non inclus dans la Bible. Il semblerait que le premier emploi historique de l'étoile, en tant qu'attribut de David, sur le Mont Sion, serait celui de la première Eglise Juive. Le poisson a été employé dès le début du christianisme, comme symbole de l'Eglise. Traditionnellement il est associé au baptème d'eau. Les Esséniens, ainsi que les Nazaréens, étaient des baptiseurs.

    LA GROTTE DE LA PREMIERE EGLISE :
    Aussi nommée la grotte sacrée de la première Eglise nazaréenne, située à proximité du sommet de la Montagne de Sion. Cet endroit abonde de 'mikvehs' (fonts baptismaux) également à proximité immédiate du tombeau de David. C'est dans cette excavation, qu'ont été découverts des fragments de poterie datant du premier siècle ainsi que des lampes à huile et des pierres qui portent, inscrit ou gravé en relief, le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem. L'un de ces objets est un morceau de marbre de la région : taillé en forme de brique, il porte le Sceau Messianique et les mots <<pour l'Huile de l'Esprit>> en araméen de l'époque des manuscrits de la Mer Morte. Il semble que c'était le socle pour une fiole d'huile pour l'onction. Il est intéressant de noter que le chef de cette première Eglise, Jacques le Juste, enseigne à ses lecteurs de pratiquer l'onction d'huile pour la guérison. (Jc 5:14). En ce lieu, sur la Montagne de Sion, l'Esprit tomba sur eux tous, en langues de feu ! Il ne fait aucun doute que cet endroit était un centre de culte et que les insignes n'étaient pas de simples décorations, à en juger par le grand nombre d'objets portant le Sceau retrouvés dans cette excavation, ainsi que les fonts baptismaux dont un ou moins était gravé de ce même Sceau. Et tout cela au trône de David, au centre nazaréen du quartier essénien sur la Montagne de Sion. Puisque les objets qui ont été découverts marqués du Sceau, y compris des lampes à huile de la période romaine, avaient un usage rituel, il est fort plausible que l'excavation soit la grotte de la première Eglise nazaréenne sur la Montagne de Sion. Puis, il y a eu confirmation de cela, lors de la découverte d'une petite plaque d'argent, appelée -lamina- portant exactement la même inscription que notre socle (dont on a parlé un peu plus haut) "pour l'Huile de l'Esprit". Cette lamina était délivrée au candidat à sa conversion à la base nazaréenne sur la Montagne de Sion. Le livre des Actes rapporte de nombreuses conversions en ce lieu, au temps de Jacques le Juste et des Apôtres.

    LES REJETONS DE LA SOUCHE DE JESSE :
    Le fait que nous sommes là, nous fait comprendre qu'une lignée des descendants de David et de la famille du Seigneur, gardait le trône royal et attendait le retour de leur maître dans la synagogue de la Chambre haute, au-dessus du tombeau de David, maintenant ainsi, les véritables racines de notre foi sur le trône de David. Les premiers Juifs croyants ont gardé l'appellation "nazaréens" ou "rejetons", car les prophéties bibliques parlent d'un <<rejeton de la souche de Jessé>> ou David. Es 11:1 ; Jér 33:15 ; Za 6:12.

    Un rejeton sortira de la souche de Jessé, et un surgeon (netzer) poussera de ses racines... Ce jour-là, la racine de Jessé, qui se dresse comme un signal pour les peuples, sera recherchée par les nations, et sa demeure sera glorieuse. L'allégorie biblique de la souche de Jessé est l'olivier. Tout au long de l'histoire juive, le traditionel symbole de la pousse d'olivier est resté le même. L'emblème même de l'Etat d'Israël est un chandelier entouré de deux pousses d'olivier. Quand on examine avec attention un des objets -une lampe à huile presque intacte- le bec de la lampe d'où jaillissait la lumière, porte le Sceau Messianique, tandis que douze pousses d'olivier sont dessinées sur le pourtour de la réserve d'huile. Il semble évident, qu'il s'agit de la proclamation des débuts des Nazaréens, c'est-à-dire le Messie et les douze apôtres qu'Il avait lui-même choisis. Les rejetons d'oliviers sont abondamment représentés sur ces objets.

    Nous avons parlé jusqu'à présent de quelques aspects de la vie de la secte nazaréenne, du judaïsme messianique, devenue l'Eglise de Jérusalem. Tournons-nous vers l'interprétation biblique du sens du Sceau Messianique et sa portée contemporaine.

    Le cadre historique, dont nous avons parlé, nous aide à comprendre la richesse du Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem, nous approchant de l'interprétation biblique et contemporaine de cette découverte PHENOMENALE pour Israël, l'Eglise et le Monde en ce début du 21è siècle. Par nos origines, nous faisons partie soit dans le Judaïsme messianique, soit dans l'Eglise à prédominance non-Juive, présente sous de multiple facettes dans le monde entier. Malgré la diversité des opinions, due à la variété de nos origines culturelles, historiques, ethniques et spirituelles, ainsi que nos pratiques ecclésiales, il ressort que les interprétations s'harmonisent dans  deux directions.

    Le coeur de chacun des trois éléments distincts du Sceau Messianique, puis en même temps, l'essence de sa signification globale, est notre Rédempteur, le Fils de Dieu, celui que les Juifs messianiques adorent comme Yeshoua haMashiah et que les croyants non-Juifs connaissent sous le nom de Jésus-Christ. Rattaché aux trois éléments qui, tout en restant distincts, forment le Sceau dans sa totalité, est le puissant message de l'UNITE, perçu et proclamé à divers niveaux et de diverses manières.

    Parmi les interprétations exprimées, beaucoup s'accordent sur les points suivants :

    - Le Sceau est une image de la Tri-unité, une réflexion comme dans un miroir, qui a été donnée par inspiration divine. Les trois parties, nettement distinctes, forment une unité remarquable (Ehad) qui fait un écho joyeux aux paroles du "Shema" : <<Ecoute, Israël ! L'Eternel, notre Dieu, l'Eternel est un>>. Dt: 6:4. Chacun des membres de la Tri-unité a une identité et une fonction spécifiques qui lui sont propres. De la même façon, le judaïsme messianique et l'Eglise chrétienne non-Juive ont, chacun pour leur part, une identité, des coutumes et des traditions, toutefois, ils devraient ensemble former cette unité extraordinaire qu'est l'Eglise Universelle.

    -Malheureusement, l'histoire de l'Eglise primitive jusqu'en 400 de notre ère, ainsi que les faits de l'Eglise, y compris de nos jours, se caractérisent par la -division-. Très vite, le Judaïsme messianique fut coupé de l'Eglise non-Juive, celle précisément à qui il avait donné naissance. Désormais, il en restera isolé, l'ennemi, satan lui-même, usant de ses stratagèmes pernicieux pour maintenir la rupture, jusqu'à même manipuler une séparation dans le Judaïsme messianique, l'essence véritable de notre croyance ! Ouvrons les yeux sur la 'subtilité' trompeuse de l'ennemi, qui nous divise.

    -Pour que l'interprétation du Sceau Messianique soit appropriée, il est nécessaire d'expliquer comme base de guérison et de restauration, l'origine des points de rupture subsistant encore entre le Judaïsme messianique et l'Eglise non-Juive. Il est notre désir, que lorsque les croyants auront compris ces points de division, ils oeuvrent ensemble à faire tomber les barrières, pour que l'Eglise Universelle connaisse enfin la réconciliation et la bénédiction qui vient de l'UNITE. Le plan du Seigneur, en ramenant à la lumière le <<Sceau Messianique>> disparu pendant près de 2000 ans, est précisément de nous faire comprendre le message de l'unité implicite, en cet antique symbole afin qu'Il puisse (le Seigneur) l'inscrire lui-même dans chacun de nos coeurs.
    Alors que la même nourriture pour tous, provient de la racine commune, à savoir, celui qui, selon ses propres déclarations, ETAIT, EST, et SERA à jamais YESHOUA  le MESSIE promis qui était venu.
    "... Je suis le rejeton et la postérité de David, l'Etoile brillante du matin". Ap 22:16.

    -Cette Seule divergence a engendré de graves conséquences. C'est elle qui contraint Constantin et les Pères de l'Eglise chrétienne exclusivement non-Juifs à déjudaïser la chrétienté. Elle est également à l'origine de l'erreur largement répandue de la théologie du remplacement selon laquelle l'Israël biblique a été remplacé par l'Eglise. C'est aussi la racine amère de l'anti-sémitisme, tant historique que contemporain. C'est elle qui attise les flammes de l'holocauste, provoque les croisades et bien d'autres tragédies. C'est pour la même raison qu'encore actuellement on cherche à détruire à la fois la Nation et l'Etat d'Israël. N'oublions pas le SCEAU MESSIANIQUE DE L'UNITE  composé du chandelier (DIEU), l'étoile de David (ISRAEL) et le poisson (L'EGLISE).

    REGARDONS d'un peu plus près les trois parties de notre Sceau :

    De nos jours, la ménorah, avec ses origines divines dans le second livre de la Torah (les cinq premiers livres de la Bible) est devenue le symbole official de l'Etat d'Israël. Pour nous, la ménorah est d'abord une représentation symbolique de Dieu, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Elle devait brûler en permanence dans le Temple, comme en témoigne sa présence dans la vision de Zacharie 4:2, et dans l'Apocalypse de Jean (1 Jn 1:5). Dans les Ecritures, Dieu est fréquemment associé à la lumière. Il s'ensuit donc, une relation évidente entre Dieu et la ménorah. La lumière éternelle divine, qui éclairait jadis le LIEU Saint dans le TEMPLE, continue à éclairer spirituellement le monde. Voici quelques exemples : <<Dieu est lumière>>; <<Père des lumières>>; <<Dieu s'enveloppe de lumière comme d'un manteau>>. Donc, toute association de la ménorah avec le Père, s'applique également au Fils (Jn 10:30). La ménorah n'est pas la lumière, mais elle porte la LUMIERE qui éclaire. Yeshoua s'est présenté comme <<la Lumière du monde>> (Jn 8:12 ; 9:5). Comme Yeshoua est la tête éternelle de l'Eglise, celle-ci est donc représentée symboliquement par la ménorah. Les sept branches représentent les Eglises ou l'Eglise dans son entier, et non plus seulement l'Eglise totalement juive de la Montagne de Sion qui leur a donné naissance.

    Tandis que l'UNITE de cette première Eglise était extérieure (judaïcité) et géographique, les diverses Eglises sont indépendantes dans leurs cérémonies et leur gouvernement, mais UNE dans l'UNITE de l'Esprit et sous la direction de Yeshoua. Les Eglises chrétiennes à prédominance non-Juive ne réaliseront pas leur Unité tant que l'Eglise Juive (la synagoque nazaréenne de la Montagne de Sion avec le mouvement messianique mondial) en tant que tige de la ménorah, n'aura pas réuni toutes les lampes en un seul chandelier. L'Eglise en fait, annonce de partout la vérité et elle est le chandelier à sept branches qui élève la lumière de Christ. Il y a aussi une référence à cela dans Romains 11:16-24. La synagogue messianique de la Montagne de Sion devait <<briller>> parce que <<sa lumière>> était apparue (Es 60:1). Les nations allaient venir à sa Lumière (Es 60:3). Sa mission en tant que porteur de la lumière était symbolisée dans les ornements que revêtait le souverain sacrificateur. L'Urim sur le pectoral signifiait la lumière, le nom lui-même étant la forme pluriel de l'hébreu "OR" (lumière). Il représentait la révélation, et le Thummin la vérité. L'Urim et le Thummin, sont des objets de nature et de forme inconnues, placés dans le Pectoral de l'Ephod.

    L'étoile de David : L'étoile à six branches qui forme le centre du Sceau Messianique porte en elle-même la preuve que cet antique symbole juif était utilisé dans un but religieux au moins cinq siècles avant la date couramment revendiquée par certaines autorités. L'emploi de l'étoile à six branches comme symbole de Judaïsme, du peuple Juif, de l'Etat d'Israël, et de son premier roi David, trouve ses origines dans l'ancien alphabet hébraïque en usage avant et pendant la période davidique. La lettre 'Dalet' équivalente à notre 'D' avait la forme d'un triangle. Celle-ci se trouvait donc en initiale et en finale du mot David. Quand les nations païennes se mettaient en guerre, elles peignaient fréquemment sur leurs boucliers des dragons, serpents et êtres terrifiants. Les Israélites choisirent plutôt deux triangles équilatéraux -donc égaux- deux dalet(s) entrelacés représentant les première et dernière lettres du nom de leur roi.

    De nos jours, le Magen David, l'étoile de David, incarne le sionisme, Israël et le Judaïsme. Selon un autre point de vue traditionnel, que certains partagent dans l'Eglise, les six pointes de l'étoile représenteraient les six attributs de Dieu : puissance, sagesse, majesté, amour, miséricorde et justice. Dans ce cas, on pourrait considérer l'étoile comme un symbole de Dieu lui-même. D'après une autre tradition dans l'Eglise, les six pointes seraient les six jours de la création, le centre étant le septième, le repos du shabbat. A part cela, on trouve une abondance de versets dans les Ecritures pour étayer la proposition que le Magen David représente symboliquement le Mashiah Yeshoua.
                   -une prophétie messianique annonce :<<.....Un astre sort de Jacob, un sceptre s'élève d'Israël>> No 24:17.
                   -Yeshoua se présente lui-même comme <<Je suis la racine et la postérité de David, l'étoile brillante du matin>>Ap 22:16.
                   -Après la naissance de Yeshoua à Bethléhem, les sages arrivent de l'Orient en disant :<<Où est le roi des Juifs qui vient de naïtre ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l'adorer>>. Mt 2:2. Ce qu'ils ont vu dans le ciel matinal n'était autre que
    l'étoile de David.
      
                 -Un Père de l'Eglise, Justin Martyr a écrit : "Cette étoile brillante qui se lève, la fleur sur le rameau de Jessé, c'est le Messie.
                   -Le Judaïsme voit dans cette étoile le Messie, selon l'allusion en Nombres 24:17 et Daniel 7:13.
                   -On voit couramment en Joseph, l'image de Yeshoua. Le rêve de Joseph, en Genèse 37:9, s'interprète ainsi : les onze étoiles représentent les onze frères de Joseph tandis que le soleil et la lune sont, son père et sa mère.

    LE POISSON : Le mot hébreu 'dagash' (poisson) apparaît 34 fois dans la Première Alliance, le mot grec 'ichthus' (poisson) 29 fois dans la Deuxième Alliance. Bien que l'opinion couramment répandue veut que le poisson soit un symbole de Yeshoua, il est juste de voir dans le poisson un symbole de Yeshoua en tant que TETE DE L'EGLISE UNIVERSELLE. l'Ecriture rapporte deux situations différentes où Yeshoua multiplia miraculeusement du pain et des poissons afin de nourrir les foules qui le suivaient. Mt 14:17,15:34. Selon l'interprétation reconnue par beaucoup, les poissons en ces deux occasions représentent les croyants en Yeshoua (l'Eglise) et la multiplication miraculeuse annonce la croissance potentielle de l'Eglise. Fait intéressant : le mot signifiant poisson sous sa forme féminine -dagah- prend aussi le sens de <<multiplier, augmenter, grandir>>.

    La première mention écrite -et connue- du poisson en tant que symbole chrétien date de Clément d'Alexandrie, aux environs de 150 de notre ère. Il apparaît dès les premières décennies du 2è siècle. Souvenons-nous que les huit objets (fragments de poterie) portant le Sceau Messianique ont été également datés du tout début du 2è siècle. Chacun d'eux comporte le poisson en tant que l'un des éléments du Sceau. Il est donc clair que le poisson était utilisé par la Synagoque Messianique de la Montange de Sion, non en symbole isolé, mais comme partie intégrante d'un symbole tri-partite dont la signification totale était différente, et de toute évidence plus large. A la suite de l'expulsion des Nazaréens par leurs compatriotes Juifs et par l'Eglise chrétienne non-Juive, cette dernière voulant se débarrasser de tout ce qui était juif, a délibérément séparé le poisson, des deux autres parties profondément juives du Sceau : LA MENORAH ET L'ETOILE DE DAVID. Il n'y a aucune preuve de l'adoption du poisson par la Synagogue de la Montagne de Sion. Son usage se répandit largement par les Eglises non-Juives où il avait été importé après avoir été séparé de la Ménorah et du Magen David.

    Le quatrième symbole : le TAV. Le Tav apparaît comme symbole à l'intérieur d'un symbole, comme l'oeil du poisson sur l'un des objets, le <<socle pour l'huile d'onction>>. Bien qu'un peu probablement effacé par le temps, il se pourrait qu'il soit aussi sur le poisson de la <<fiole pour verser l'huile>>, dont on voit la branche verticale et la branche horizontale droite. Il est possible que les Esséniens utilisaient le Tav comme symbole du salut. Il est considéré que les Nazaréens voyaient dans le Tav la croix de Yeshoua.

    L'Aleph et le Tav : Lorsque nous examinons attentivement l'étoile de David, les six pointes et la ligne d'intersection pour chacune, est une reproduction de l'Aleph, la première lettre de l'alphabet hébreu. Le Seigneur a dit (en hébreu et non en grec) : "Je suis l'Aleph (l'Alpha) et le Tav (l'Omega), le commencement et la fin, le premier et le dernier". Ap 22:13. Donc, le Sceau Messianique contient une indication supplémentaire, qu'il est une représentation symbolique du Messie, Yeshoua lui-même.

    Il semblerait, alors que le monde arrive bientôt à sa fin, avant la seconde venue du Messie, que le Seigneur met en place un plan de révélation, dont le Sceau Messianique, au sujet duquel toute déduction de signification est basée sur l'Ecriture. Toutes les interprétations basées sur le Sceau, dans la position où il se trouvait toujours sur les objets, c'est-à-dire avec la Ménorah en haut et dirigée vers le haut, nous ont été données par les Nazaréens, divinement inspirés pour le faire. Le Sceau Messianique fut donné par inspiration divine à la Synagogue Juive, nettement messianique de la Montagne de Sion, est revenu à la lumière, après sa disparition pendant près de deux mille ans. Il doit être redonné <<premièrement aux Juifs>>, au corps "Juif Messianique" actuel en Israël, ensuite à l'Eglise chrétienne non-Juive, et au MONDE.

    Voici ce que les Nazaréens virent quand ils contemplèrent l'oeuvre de leurs mains, dont nous avons un échantillon sur les huit objets trouvés :

    Dans la Ménorah : 1) La Gloire incompréhensible de Dieu.
                                    2) La Lumière de leur Messie, Yeshoua.
                                    3) Par déduction, le Saint-Esprit qui est UN avec
                                        le Père et le Fils.
                                    4) Eux-mêmes, dans la tige centrale, en tant que
                                        Corps du Messie tel qu'il était alors.
                                    5) La nation d'Israël, d'un point de vue tant 
                                        national que culturel et social.

    Dans l'étoile à six pointes : 1) Yeshoua, le Messie Juif promis qui 
                                                        était venu. 
                                                    2) Par déduction, le Père et le Saint-
                                                        Esprit.
                                                    3) Le roi David dans les deux 'Dalet(s)'.
                                                        Mais aussi dans l'emplacement de leur
                                                        synagogue messianique juste au-
                                                        dessus de son tombeau proclamant
                                                        l'accomplissement d'Esaïe 11:1.
                                                    4) La maison d'Israël, d'un point de vue 
                                                        tant national que culturel et social, à 
                                                        un degré moindre toutefois, que dans
                                                        la Ménorah.

    Dans le poisson : 1) Leur Messie Yeshoua en tant que tête spirituelle
                                       de leur synagogue.
                                   2) Par déduction, le Père et le Saint-Esprit.
                                   3) Eux-mêmes, collectivement, en tant que
                                       membres du Corps du Messie tel qu'il était 
                                       alors.

    Dans le Tav formant
    l'oeil du poisson : 1) Une proclamation de leur foi en la puissance
                                        salvatrice de la mort sacrificielle de Yeshoua 
                                        sur la croix.
                                    2) Une réaffirmation de leur emploi du poisson 
                                        Comme symbole de Yeshoua, par déduction.

    Dans l'Aleph formé par chacune des pointes de l'étoile de David, en liaison avec le Tav : une réaffirmation que le Sceau est une représentation symbolique de Yeshoua lui-même.

    EN RESUME : Nous avons appris que Yeshoua, le Messie promis des Nazaréens, est sorti de la souche de Jessé, et par leur foi en Lui, ils fondent leur Synagogue Messianique juste au-dessus du tombeau de David, symbolisé par l'étoile de David au centre du Sceau.
    Eux-mêmes, les premiers croyants nés de nouveau, individuellement sauvés par le sacrifice de Yeshoua sur la croix, témoignent qu'ils ont Yeshoua demeurant en eux. Individuellement, leur salut par la croix est symbolisé par le Tav représenté par l'oeil du  poisson. Le Tav déclare que le symbole du poisson représente chaque croyant né de nouveau, ainsi qu'eux tous, collectivement, en ce qu'ensemble ils forment le tout premier corps deYeshoua, avec Yeshoua lui-même comme la tête (littéralement dans la tête en tant qu'oeil). Ainsi, Yeshoua lui-même est, de façon déductive, symbolisé par le poisson.

    Yeshoua, en tant que tête du corps, se présente lui-même comme la <<racine>> (Ap 22:16) d'où la position du poisson en bas du Sceau où, lui-même dans sa fonction de tête du corps, ainsi que le corps lui-même sont symboliquement <<enracinés>> avec l'EGLISE ainsi formée sur un solide fondement biblique. La lumière jaillissant de la Ménorah, tout en haut du Sceau, symbolise la Gloire ineffable de Dieu, qui est une avec la Lumière de Yeshoua. La lumière symbolique de la Ménorah s'élève vers la source de toute -LUMIERE-.

    Yeshoua est aussi symbolisé par la présence de l'Aleph à chaque pointe de l'étoile en liaison avec celle du Tav dans l'oeil du poisson : <<Je suis l'Alpha (Aleph), et l'Oméga (Tav), le commencement et la fin, le premier et le dernier>>.
    La tige centrale de la Ménorah, un autre symbole scriptuaire du corps, se termine dans le pied qui forme l'un des deux dalets entrelacés composant l'Etoile de David. l'Etoile de David ainsi formée, déclare symboliquement L'ALLIANCE ENTRE LEUR DIEU ET EUX, relation qui pourvoit. Le plus grand de ses dons est LEUR MESSIE, celui qui est venu récemment et qui est ressuscité. Ils l'ont vu monter au ciel de leurs propres yeux, lui qui a accompli toutes les promesses de cette ALLIANCE.

    L'étoile est aussi le canal par lequel le corps reçoit sa nourriture provenant de ses racines juives dans la souche de Jessé, dont il est sorti. En tendant vers le haut, par la tige de la Ménorah (représentation permanente du corps), elle s'élève dans l'adoration de la -Lumière- ineffable au sommet, laquelle symbolise la
    GLOIRE 
    même de la DIVINITE tri-unitaire.


    PORTEE CONTEMPORAINE DU SCEAU MESSIANIQUE :
    Se réconcilier et faire tomber les barrières. Selon toute apparence, la bénédiction de l'unité, paraît être éternellement insaisissable. POURQUOI ? Nous nous retrouvons en pratique, dans un thème central auquel pourraient adhérer les doctrines et les traditions si variées pratiquées par les multitudes branches de l'Eglise Universelle, y compris celles du Judaïsme. Pour obtenir la bénédiction, il nous faut L'UNITE COMPLETE. L'avons-nous ? En sommes-nous l'exemple ?

    Dieu, en nous présentant le SCEAU MESSIANIQUE, a pour objectif de nous montrer que nous nous trompons de chemin. Il veut, par le message d'unité implicite dans ce symbole, nous indiquer la voie pour revenir à son plan de restauration où les barrières érigées par les hommes sont abattues. Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem, est remis à la lumière, pour instaurer une grande purification dans son EGLISE, afin de la préparer pour sa seconde venue qui est proche. Gravons dans nos coeurs circoncis, Juifs et non-Juifs, le message du Sceau. Seul Dieu peut y inscrire l'unité dont le Sceau est imprégné. C'est à nous, l'EPOUSE qui l'attend, qu'il revient de nous soumettre, individuellement et collectivement, à ce processus de restauration. Conscients que Dieu seul peut faire tomber les barrières, nous nous confions à Lui dans l'assurance qu'Il le fera. Dieu a déjà ordonné dans sa PAROLE la relation qu'Il veut entre tous les Juifs, qu'ils soient Nazaréens, messianiques contemporains, religieux ou non, et les multiples branches de l'Eglise Chrétienne non-Juive Universelle.

    La vérité clairement proclamée par la Première Alliance est que l'Israël biblique ne sera jamais remplacé par l'Eglise. La vérité concernant la permanence de l'Israël biblique est également clairement déclarée par la Deuxième Alliance. Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem a bénéficié lui aussi de la protection divine. Il a subi un holocauste puisque l'Eglise lui a enlevé la Ménorah et le Magen David, en se séparant d'Israël. Revenu à la vie, le Sceau présente son message d'UNITE, à ceux qui ont été ses constants adversaires. Nous, Juifs messianiques,
    étendons nos coeurs et nos bras vers nos frères non-Juifs pour leur dire : "VENEZ PRENDRE LE CADEAU QUE NOUS A FAIT LE CREATEUR DE L'UNIVERS, LE MERVEILLEUX SCEAU MESSIANIQUE DE L'EGLISE DE JERUSALEM, VENEZ AVEC NOUS, LES BARRIERES SONT TOMBEES".

    "Que la richesse de Dieu est immense ! Que sa sagesse et sa
    connaissance sont profondes ! Qui pourrait expliquer ses décisions ? Qui pourrait comprendre ses plans ? Rm 11:33

    Magnifique Etude Biblique donnée au GAN-EDEN le 19 janvier 2008.
    Ref : RES/RRF/EH.
    Source: http://gan-eden.over-blog.com/