• Les pièges du talmud

     

     

     

    Les pièges du talmud

    Message  Ruth Administratrice le Ven 31 Jan - 18:21

     


    Pourquoi je fais un sujet sur le talmud et que je titre ainsi "Les pièges du talmud"?
    Ce n'est pas, comme ce que l'on peut voir de part et d'autres sur internet, pour me servir du talmud contre les Juifs avec de fausses citations ou des citations mal traduites et sortis de leur contexte, mais c'est simplement pour faire un constat bien réel avec la doctrine du Judaïsme orthodoxe concernant le talmud leur loi orale qu'ils ont érigé à la même place que la Torah Ecrite de Moïse. Le constat de cela est déplorable à l'échelle planétaire.

    En effet, alors que le peuple Juif en donnant la Torah et les Livres des Prophètes et toutes les Ketouvim (Ecritures) Hébraïques au monde, a été une bénédiction de reconnaissance des peuples à l'égard du peuple Juif, le talmud, lui a été tout le contraire. La question que l'on pourrait se poser est pourquoi? Si comme le prétendent les Juifs orthodoxes, le fait de placer le talmud loi orale au dessus de la Torah Ecrite vient vraiment d'Elohim?

    Car le talmud, qu'est ce que c'est vraiment?

    Ce sont le plus souvent des dialogues entre deux personnes, un rabbin et un autre rabbin ou un élève. Des commentaires sur la Torah et des dialogues, des questions-réponses, au sujet de la Torah et des Ketouvim, voilà en gros et en résumé ce qu'est vraiment le talmud.

    Mais le Judaïsme orthodoxe actuel a érigé le talmud au dessus de la Torah Ecrite, et donc à présent, les profanes ne font même plus la distinction, pensant que le talmud et la Torah Ecrite c'est la même chose, car c'est ce que le Judaïsme orthodoxe majoritaire ne cesse de prêcher, les Juifs orthodoxe passant beaucoup plus de temps à étudier les commentaires talmudiques que la Torah Elle-Même.

    Mais il n'en a pas toujours été ainsi car il faut toujours rappeler que le talmud est récent dans l'histoire du peuple Juif. Pendant très longtemps, les Juifs refusaient de mettre par écrit une loi orale de peur que celle-ci ne prenne la place de la Torah Ecrite et ils avaient bien raison et étaient bien plus sages que leurs enfants, car c'est tout à fait ce qui s'est produit. Des groupes dissidents Juifs s'opposèrent à ces écrits d'une loi orale.

    On sait par exemple que le karaïsme (קראות qaraout ; peut aussi s'écrire « caraïsme », « qaraïsme » ou « charaïsme ») est un courant du judaïsme qui s'est séparé du judaïsme rabbinique au plus tard au 8e siècle. Contrairement au judaïsme rabbinique, le karaïsme refuse la sacralité de la loi orale, telle que compilée dans le Talmud.

    Pour les karaïtes, les interprétations talmudiques ne sont considérées que comme des interprétations humaines, acceptables ou non selon les cas. Les commandements qui n'apparaissent pas clairement dans la Bible (comme la transmission du judaïsme par les femmes) sont rejetés...

    Pour le judaïsme rabbinique, la Torah Ecrite est inséparable de son commentaire, selon ce courant, la torah orale, aurait été donnée à Moïse en même temps que les Tables de la Loi sur le mont Sinaï. Compilée depuis dans la Mishna et les Talmuds, cette exégèse fixe le sens de la Bible, déterminant des règles qui n’y apparaissent pas explicitement.

    Mais ce que l'on sait moins, c'est que la validité et la sacralité d'une torah orale sont débattues dès l’Antiquité : le mouvement pharisien s’en fait le champion tandis que d’autres groupes la contestent. Les Sadducéens sont les plus illustres représentants de cette position mais il est probable que d’autres courants scripturalistes aient existé pour lesquels la torah orale compilait des traditions populaires sans valeur religieuse.

    On ne connaît pas la filiation entre ces mouvements religieux juifs de l'antiquité et le karaïsme ultérieur, mais ce dernier a probablement utilisé des idées religieuses qui pré-existaient.

    Après la destruction du temple de Jérusalem en 70 de notre ère, et la disparition des Sadducéens qui lui étaient liés, le judaïsme pharisien devint le judaïsme dominant.

    Les deux Talmuds celui de Babylone et de Jérusalem compilent la loi orale avec la mishna au début du 1er siècle et elle aurait été terminée d'être mise par écrit au 2e siècle, où ils imposèrent leur interprétation de la Bible. Soit donc au moins entre 100 et 200 ans après Yéhoshoua-Jésus. Ils firent donc de leur loi orale une loi écrite, cherchez l'erreur.

    Donc pas de talmud écrit avant ce temps-là, ce qui prouve aisément que les Juifs se passaient fort bien du talmud ayant la Torah Ecrite de Moïse.

    Mettre tous les commentaires des pharisiens par écrit a été une volonté du pharisianisme d'imposer sa loi orale à un plus grand nombre et de l'établir au dessus de la Torah Ecrite étant donné que selon le dogme Juif orthodoxe, la loi orale prévaut sur la Torah Ecrite, c'est à dire que quand la Torah Ecrite dit une chose mais que la loi orale dit autre chose, c'est la loi orale qui doit être suivit, ce qui est tout de même gravissime comme dogme.

    Les Juifs karaïtes, s'ils ne rejettent ni la nécessité de l'exégèse biblique, ni même le besoin d'une tradition orale, réfutent cette « sacralisation » des prédécesseurs et des experts, et n'hésitent pas à s'éloigner de leurs enseignements s'ils estiment rester plus fidèles au sens le plus évident des versets dans leur exégèse biblique, tant homilétique que légalistique.

    De ce principe découle la compréhension que la détermination de la pratique religieuse à adopter est également à la discrétion de chacun. Cependant, loin d'être une exhortation au choix personnel, il s'agit d'un appel à la responsabilité personnelle, ainsi que l'énonce le Hakham Sahl ben Matzliah HaCohen :
    «sachez, enfants d'Israël que chacun est responsable de son âme, et que notre Dieu n'entendra pas les paroles de celui qui se justifie en disant : “ainsi m'ont appris mes maîtres” ».

    Le Hakham Daniel ben Moshe Al-Qumisi déclare de façon plus tranchée encore :
    « Celui qui se repose sur les enseignements de l'exil, sans bien chercher par sa propre sagesse, est comme un idolâtre».


    Les Juifs karaïtes refusent toute exégèse antérieure comme définitive, y compris celle des hakhamim (savants), bien qu'ils en tiennent fortement compte.

    Le dernier Hakham al-Akbar (1934-1956) de la communauté du Caire, Touvia Levi Babovich, égyptien d'origine russe, répondait à l'objection selon laquelle le karaïsme élabore un code tout comme le rabbanisme, en appuyant sur le caractère non-définitif des décrets des hakhamim :
    « De nombreux chercheurs ont établi la différence entre les fondements de foi des karaïtes et ceux des rabbanites, en ce que le karaïsme s'appuie à chaque génération sur la Torah écrite, et dans la possibilité des hakhamim de la génération de modifier les coutumes et lois en fonction de l'époque sans dévier à droite ni à gauche de la Lettre, alors que le judaïsme rabbinique s'appuie sur les paroles des sages, qui ont préséance sur les paroles de la Torah ».

    Tout cela pour dire que la communauté Juive est divisé concernant le talmud et la validité et sacralité de la loi orale.

    Mais revenons sur ce que je nomme le désastre talmudique.
    En effet, tout d'abord les Juifs orthodoxes n'auraient pas mieux fait s'ils avaient voulu que le talmud puisse être tordus dans tous les sens par les antisémites de tous bords. Car le talmud de babylone n'a absolument pas été rendu facile d'accés aux nations, on ne trouve que des bribes sur internet et très souvent, uniquement en Anglais dont les traductions peuvent être biaisées, je pense notamment à une mauvaise traduction d'un rabbin sur le fait qu'Adam aurait couché avec les animaux alors que ce n'est pas vraiment ce que ce rabbin a dit en Hébreu après vérification, moi-même je m'y étais laissé prendre en me basant uniquement sur une traduction en Anglais. Cela prouve bien que chacun peut faire aisément sa soupe avec une très mauvaise transmission du talmud, car même ceux qui veulent lire le talmud sans apprioris ont du mal à le trouver en totalité bien traduit.

    Le fait de rendre inaccessible ces ouvrages en totalité, ne serait-ce que sur la toile dans plusieurs langues, laisse une grande porte ouverte à toutes sortes d'imaginaires collectifs, d'où toutes les interprétations que l'on peut lire sur internet.

    Le talmud en lui-même n'est qu'une encyclopédie qui contient des commentaires et des discussions et n'est, ni ne sera JAMAIS au dessus ni au même niveau que la Torah Ecrite de YHWH, comme il ne sera JAMAIS au dessus ni au même niveau que les Livres des Prophètes avec les Paroles de notre Machia'h et Sauveur Yéhoshoua-Jésus avec les enseignement des Apôtres choisis par Yéhoshoua-Jésus Lui-Même.

    Le talmud est devenu un piège pour le peuple Juif car ils l'ont érigé en loi divine et l'adversaire l'accusateur va s'en servir contre eux par le biais des nations qui vont se servir du talmud contre le peuple Juif lui-même tout simplement car ériger ces écrits en loi divine ne vient absolument pas de Dieu !

    Il n'y a pas de loi orale qui fut transmise au Mont Sinaï contrairement aux mensonges que véhiculent le Judaïsme orthodoxe, cela est une invention du pharisianisme pour mieux diriger les foules, ils ont pu ainsi s'installer en clergé avec l'infaillibilité des sages tout comme l'a fait le clergé catholique romain avec l'infaillibilité du pape. Le pharisianisme a instauré de nouvelles lois qui ne sont pas dans la Torah, ce sont les takanoth (traditions rabbiniques), c'est d'ailleurs ce que Yéhoshoua leur a repproché maintes fois.

    Yéhoshoua-Jésus nous a enseigné une chose essentielle :

    Matthieu 23:2-4 (Shem Tov)

    .לאמר על כסא משה ישבו הפירושים והחכמים
    (Yéhoshoua) dit : Sur la chaise de Moïse, sont assis les pharisiens et les savants.

    .ועתה כל אשר יאמר לכם שמרו ועשו ובתקנותיהם ומעשיהם אל תעשושהם אומרים והם אינם עושים
    Et donc, tout ce qu'il (Moïse) vous dis, gardez-le et faîtes-le, car avec leurs takanoth (traditions) et leurs actions (ils) ne font pas, ils disent et ne font pas.

    .ודורשים ונותנים משאות גדולות לא יוכלו לסובלם והם אפי' באצבעם אינם רוצים לנוע  
    (ils) exigent et donnent des fardeaux importants, ils ne sont pas capable de les supporter et eux-même de leurs doigts ne veulent pas les bouger.


    Yéhoshoua-Jésus nous a enseigné à suivre Moïse et pas les pharisiens car les pharisiens disent mais ne font pas, ils s'assoient dans la chaise de Moïse mais ils ne suivent pas Moïse car s'ils suivaient Moïse ils suivraient Yéhoshoua-Jésus comme Yéhoshoua-Jésus
    leur a dit :

    Yo'hanan-Jean 5:45-47
    Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance.
    Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu'il a écrit de moi.
    Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ?


    Donc nous n'avons absolument pas à nous mettre sous le joug de religieux qui renient notre Seigneur Yéhoshoua-Jésus quoi qu'ils disent et quoi qu'ils prêchent comme nous n'avons pas à nous mettre sous le joug de religieux qui renient la Torah de YHWH notre Elohim et de notre Seigneur Yéhoshoua-Jésus quoi qu'ils disent et quoi qu'ils prêchent.
     
    http://messianique.forumpro.fr/t4116-les-pieges-du-talmud

    _________________
    Apocalypse 14:12
    "C'est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent
    Les Commandements d'Elohim, et La Foi de Yéhoshoua-Jésus."