• Orgueil ou humilité, Partie 4

     

     

     

     

     

    Orgueil ou humilité, Partie 4

     Au cœur de ce titre, « Orgueil ou humilité, » se trouve, une loi spirituelle éternelle qui opère dans tous les détails de notre vie, celle qui régit simultanément tout l’univers. Dans Matthieu 23:12 Jésus (Yeshoua) a proclamé cette loi pour la première fois :
    « Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. »

    Cette même loi est répétée deux fois de plus dans le Nouveau Testament, chaque fois venant de la bouche de Jésus (Yeshoua) Lui-même. Jésus (Yeshoua) attachait une importance particulière à ce principe et l’a sans cesse rappelé à Ses auditeurs pour Son œuvre dans leur vie.

    UNE EXIGENCE ESSENTIELLE:

    Au cours des trois enseignements précédents sur ce sujet j’ai expliqué comment ce principe s’applique dans notre relation personnelle avec Dieu. L’abaissement de soi est une condition essentielle pour venir à Dieu tout d’abord, et ensuite pour tous les progrès ultérieurs dans la vie spirituelle. La Bible dit toujours, «Humiliez-vous … Humiliez-vous. »En d’autres termes, c’est quelque chose que nous devons faire. Cela vient de la volonté et s’exprime par des mesures appropriées.

    Dans la partie 4 de cette série, je vais pousser ce principe un peu plus loin, montrant comment il applique dans notre relation avec nos coreligionnaires. Voyez-vous, notre attitude envers Dieu est souvent révélée dans notre attitude envers les hommes. Cela est particulièrement vrai en matière d’humilité, elle doit s’exprimer, non seulement envers Dieu, mais envers les hommes.

    Nous avons souvent tendance à nous tromper en la matière. Nous prétendons avoir la bonne attitude envers Dieu, mais dans nos rapports avec nos semblables nous démontrons une attitude complètement différente et incorrecte. Le fait est que si nous avons vraiment la bonne attitude envers Dieu, cela se démontrera également dans notre attitude avec nos semblables. Mais si une mauvaise attitude envers les hommes se manifeste, c’est une indication que certains aspects de notre attitude envers Dieu ne sont pas bons.

    TROIS PASSAGES INSTRUCTIFS:

    Orgueil ou humilité, Partie 4

    En ce qui concerne l’abaissement de soi, nous devons appliquer ce principe non seulement dans notre relation directe avec Dieu, mais aussi dans notre relation avec nos semblables. L’abaissement de soi est mandaté à divers endroits dans le Nouveau Testament. Regardons trois exemples, à partir de Philippiens 2: 3:

    Ne faites rien par ambition personnelle ni par vanité ; avec humilité, au contraire, estimez les autres supérieurs à vous–mêmes. NBS

     Remarquez, l’humilité se manifeste en estimant les autres personnes comme supérieures à nous-mêmes. C’est à l’opposé de l’ambition personnelle ou de la vanité.

    Ensuite, nous lisons une déclaration courte mais très importante dans Éphésiens 5:21:

    Soumettez–vous les uns aux autres dans la crainte du Christ.  SER

    L’implication est très claire. Si nous avons vraiment la crainte de Christ, cela se manifestera dans notre attitude envers notre prochain. Nous serons non seulement soumis à Christ, mais également soumis les uns aux autres. Si nous prétendons être soumis à Christ, mais que nous ne sommes pas soumis les uns aux autres, alors notre prétendue soumission à Christ n’est pas véritable.

    Notre troisième exemple scripturaire est 1 Pierre 5: 5:

    Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait grâce aux humbles. LSG

    Je tiens à citer la traduction Parole Vivante de ce verset particulier, qui dit: «revêtez–vous du tablier d’esclave – je veux dire de l’humilité: soyez prêts à vous servir les uns les autres». Dans le grec, le mot qui est traduit par se revêtir signifie spécifiquement mettre un certain type de tablier qui était porté uniquement par les esclaves. En d’autres termes, Pierre dit: « Avoir l’attitude d’un esclave envers les autres. » Telle est la véritable expression de l’humilité.

    L’INCROYABLE HUMILITÉ D’ABRAHAM:

    Regardons deux exemples de l’application de ce principe, qui sont tous deux pris de l’Ancien Testament. L’un vient de la vie d’Abraham, l’autre de la vie de Jacob. Nous allons commencer par l’exemple de la vie d’Abraham, qui décrit la relation d’Abraham avec son neveu, Lot. Le récit se trouve dans Genèse 13: 5-17.C’est un passage assez long, mais il sera utile d’en étudier chaque partie.

    Lot, qui voyageait avec Abram, avait aussi des brebis, des boeufs et des tentes. Et la contrée était insuffisante pour qu’ils demeurassent ensemble, car leurs biens étaient si considérables qu’ils ne pouvaient demeurer ensemble. Il y eut querelle entre les bergers des troupeaux d’Abram et les bergers des troupeaux de Lot. Les Cananéens et les Phérésiens habitaient alors dans le pays. Abram dit à Lot: qu’il n’y ait point, je te prie, de dispute entre moi et toi, ni entre mes bergers et tes bergers; car nous sommes frères.  Genèse 13: 5-8 LSG

    Il y a une implication significative à cette déclaration "nous sommes frères". L’Écriture dit qu’il y avait d’autres peuples vivant dans le pays (les Cananéens et les Phérésiens) qui étaient des ennemis potentiels d’Abraham et Lot. Alors Abraham a rappelé à son neveu, «En tant que frères, nous ne pouvons pas nous permettre de nous quereller.» Pour quelle raison ne devaient-ils pas se quereller? Parce qu’ils avaient des ennemis qui exploiteraient une division entre eux. Comme cela est vrai du peuple de Dieu dans le monde aujourd’hui! Continuons avec l’histoire pour voir comment Abraham se comporta envers Lot.

    Tout le pays n’est-il pas devant toi? Sépare-toi donc de moi: si tu vas à gauche, j’irai à droite; si tu vas à droite, j’irai à gauche. Lot leva les yeux, et vit toute la plaine du Jourdain, qui était entièrement arrosée. Avant que  L’Éternel eût détruit Sodome et Gomorrhe, c’était, jusqu’à Tsoar, comme un jardin de  L’Éternel, comme le pays d’Égypte. Lot choisit pour lui toute la plaine du Jourdain, et il s’avança vers l’orient. C’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Abram habita dans le pays de Canaan; et Lot habita dans les villes de la plaine, et dressa ses tentes jusqu’à Sodome. Les gens de Sodome étaient méchants, et de grands pécheurs contre L’Éternel.  L’Éternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui: Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident; car tout le pays que tu vois, Je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours. Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée. Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur; car Je te le donnerai. Versets 9-17 LSG

    Dans ce passage, nous voyons l’humilité incroyable d’Abraham. Aussi, je veux que vous voyiez les implications profondes de cette humilité. Abraham était l’homme ainé; l’homme de choix de Dieu, l’homme à la vocation particulière, l’homme à qui appartenait l’héritage. Lot était son neveu qui chevauchait juste, pour ainsi dire, à la suite d’Abraham.

    Toutefois, lorsque le temps est venu pour eux de se séparer, Abraham n’a pas pris une position arrogante. Il n’a pas dit: «Je suis l’aîné, donc je vais choisir en premier. Voilà ce que je veux.» Il a pris une disposition qui m’étonne vraiment. Il a donné librement à Lot le premier choix. Abraham dit: «Quoi que tu choisisses, ce sera à toi. Je prendrai ce qui reste.» N’est-ce pas de l’humilité? Cependant dans les derniers versets, nous voyons la récompense de l’humilité. Examinons à nouveau ces versets.

    L’Éternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui: Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident; car tout le pays que tu vois, Je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours…Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur; car Je te le donnerai. Versets 9-17 LSG

    Abraham ne voit son héritage uniquement après l’acte d’abaissement de soi. Jusqu’à ce moment, il se tenait au beau milieu de l’héritage, mais Dieu ne le lui avait pas vraiment révélé. Dieu a choisi de le lui révéler à lui seulement après Abraham se soit abaissé lui-même devant son jeune neveu, Lot. Quelle image de la récompense de l’abaissement de soi! Voyez-vous, Dieu regarde nos actions, Il voit nos motivations, et Il oeuvre toujours selon ce principe: celui qui s’abaisse sera élevé.

    La prosternation de JACOB:

    Le deuxième exemple d’abaissement de soi est tiré de la vie de Jacob. Je veux vous montrer comment Jacob ne pouvait pas revenir dans son héritage jusqu’à ce qu’il se soit abaissé lui-même, non seulement devant le Seigneur, mais aussi devant son frère Ésaü.

    Orgueil ou humilité, Partie 4

    Initialement, Jacob avait usurpé le droit d’aînesse d’Ésaü par une ruse assez mesquine. Puis, il avait été délibérément trompeur afin d’obtenir la bénédiction du père, et cette tactique ne l’avait mené nulle part. À la suite de ces deux actions sournoises et cruelles, il a été forcé à courir après son héritage comme un fugitif sans rien à part un bâton dans la main. Ses vingt années suivantes ont été passées en exil, en travaillant comme un serviteur pour son oncle Laban. Mais dans son exil et son service Dieu bénit Jacob, lui donnant à la fois une famille et de nombreux biens. À un moment donné, le Seigneur a parlé à Jacob et lui dit: «Maintenant, il est temps pour toi de retourner dans le pays que J’ai promis de te donner.»

    Rassemblant ses femmes, ses enfants et ses troupeaux, Jacob tourna son visage vers l’ouest et repartit. Quand il atteignit la frontière du pays qui lui avait été promis, il vécut une expérience remarquable. L’Écriture nous dit qu’une nuit alors que Jacob était seul, un ange lutta avec lui, en fait il lutta avec lui toute la nuit. Pourtant, Jacob était si fort que l’ange ne pouvait l’emporter contre lui. Finalement, l’ange le frappa à l’emboîture de la hanche; et l’emboîture de la hanche de Jacob se démit qui se retrouva impuissant. Suite à cela, il s’est cramponné à l’ange et le supplia pour la bénédiction que l’ange lui accorda. Mais à partir de ce moment, Jacob a toujours boité. Qu’est-ce que boiter signifie? Cela signifie la fin de notre propre force et notre propre confiance en nous-mêmes. C’est notre reconnaissance que nous ne pouvons progresser sans dépendre du Seigneur.

    Après cette rencontre avec l’ange, Jacob devait encore rencontrer son frère Ésaü, qui était juste de l’autre côté du gué. Il avait entendu dire qu’Ésaü venait à sa rencontre avec quatre cents hommes armés, et il était terrifié. Il pensait que ce serait la fin pour lui, sa famille et tout ce qu’il avait. Mais nous voyons ce qui est arrivé en lisant Genèse 33: 1-4:

    Jacob leva les yeux, et regarda; et voici, Ésaü arrivait, avec quatre cents hommes. Il répartit les enfants entre Léa, Rachel, et les deux servantes. Il plaça en tête les servantes avec leurs enfants, puis Léa avec ses enfants, et enfin Rachel avec Joseph. Lui-même passa devant eux; et il se prosterna en terre sept fois, jusqu’à ce qu’il fût près de son frère. Ésaü courut à sa rencontre; il l’embrassa, se jeta à son cou, et le baisa. Et ils pleurèrent. LSG

    Voyez-vous cette belle image? Voici Jacob, l’homme à qui appartenait le droit d’aînesse, la bénédiction, tout l’héritage. Il était celui qui avait lutté avec l’ange et rencontré le Seigneur. Il était l’homme du choix de Dieu. De l’autre côté, venant à sa rencontre, il y avait Ésaü, l’homme charnel, l’homme qui méprisait sa bénédiction, l’homme que Dieu ne pouvait pas accepter à cause de sa mauvaise attitude envers les choses spirituelles. Pourtant, lors de leur rencontre, Jacob, l’homme spirituel, se prosterna sept fois devant son frère offensé.

    Que signifie le chiffre sept? Il parle de l’Esprit Saint. Il parle de l’humilité travaillée par le Saint-Esprit. Jacob avait appris la leçon: il avait découvert que l’orgueil ne le menait nulle part. Il s’était humilié devant l’ange, mais cela ne suffisait pas. Maintenant Jacob s’abaissait lui-même devant son frère. Son abaissement a apporté la réconciliation avec son frère et lui a ouvert la voie pour entrer en toute sécurité dans l’héritage que Dieu avait promis.

    Nous voyons que si Dieu avait promis l’héritage, Jacob ne pouvait le recevoir tant qu’il ne s’était pas humilié devant Dieu et devant son frère.

    Une mesure NOUS DEVONS PRENDRE?

    Permettez-moi de conclure cet enseignement avec une question: Y a-t-il une mesure que le Seigneur voudrait que vous preniez en réponse à ce que vous venez de lire? Peut-être, comme Abraham, le Seigneur vous conduit-Il à répondre avec humilité afin de recevoir une plus grande part de Son héritage pour vous. Ou peut-être, comme Jacob, une réconciliation avec quelqu’un est-elle en attente d’un pas d’humilité de votre part ?

    Quoi qu’il en soit, je vous encourage à demander au Seigneur la réponse qu’Il souhaite que vous apportiez. Ensuite, je vous en prie, prenez la mesure qu’Il vous conduit à prendre.

     Source: http://www.derekprince.fr/orgueil-ou-humilite-4/

     Ajouté par moi: (Yeshoua) + les images.

    « Orgueil ou humilité, Partie 3PARACHA VEZOT HABERA’H "VOICI LA BENEDICTION" »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :