• PARACHA "KI TETSE" QUAND TU SORTIRAS

     

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

     

                                                                Par Guy Vallée

     

    Paracha                     "KI TETSE"              Quand tu sortiras

                                       "DEVARIYIM"          Deutéronome  21 : 10 à 25 : 19

    HAFTARAH            "YESHAYAHOU"      Esaïe                54 :  1 à 17 

    BRIT’HADASHA    "MAKABI"                 Marc                14 : 53 à 65

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière  SHOFTIM « JUGES » ; Elohim demandait aux enfants d’Israël d’établir un modèle de justice, avec des juges et des magistrats dans toutes les villes qu’Il leur donnera.

    La paracha de cette semaine KI TETSE « Quand tu sortiras ». Le peuple se prépare à conquérir la terre promise, il leur a été communiqué des lois à mettre en pratique concernant la vie civile.

    74 commandements sur les 613 de la Torah sont mentionnés dans cette partie de la Torah.

    Certains concernent la guerre, les lois du travail, le traitement des animaux, la famille, l’économie…..

    DEUTERONOME 21 : 10   Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, si l’Eternel les livre entre tes mains, et que tu leur fasses des prisonniers, 

    Ce passage nous dit que si parmi les captives de guerre il y a une femme belle de figure et que tu désires la prendre pour femme, il ne faudrait pas que cela vienne d’une pulsion passagère.

    Les yeux voient une femme de belle figure, le message est tout de suite envoyé vers le cœur, qui créer le désir.

     C’est pour cela que nous devons faire attention quand nous baladons nos yeux, de ne pas trop les attarder sur ce qui pourrait être un piège.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Nous connaissons l’histoire de David, un homme selon le cœur de Elohim, qui s’est laissé prendre au piège d’une femme qui prenait son bain, en laissant traîner ses yeux.

    Cela n’a pas été sans conséquence pour le roi David, Elohim lui a pardonné son péché, mais son crime a fait blasphémer les ennemis de Elohim, et à cause de cela il a perdu son fils.

    La recommandation de notre Seigneur concernant cette prisonnière de guerre est de diriger cette pulsion venant du cœur selon les principes de la Torah, afin de recevoir la bénédiction.

    Il est  dit :

    DEUTERONOME 21 : 12 - 13   12  Alors tu l’amèneras dans l’intérieur de ta maison. Elle se rasera la tête et se fera les ongles,

    13  elle quittera les vêtements qu’elle portait quand elle a été prise, elle demeurera dans ta maison, et elle pleurera son père et sa mère pendant un mois. Après cela, tu iras vers elle, tu l’auras en ta possession, et elle sera ta femme.

    Pour que cette femme ne soit considérée comme une conquête, un objet à la disposition de ce combattant, Elohim établit un plan qui retardera cette pulsion, pour qu’il réfléchisse, et qu’il prenne les bonnes dispositions.

    Elohim tient que les valeurs morales soient respectées, cette femme est peut être une ennemie, mais pas une proie, ce qui demande un respect de l’être humain.

    En exigeant qu’elle se rase la tête, se fasse les ongles, et change ses vêtement, cela avait pour but de l’enlaidir, ce qui peut changer la vision de cet homme.

    L’attente d’un mois  pouvait enlever la pulsion qu’il avait lors de sa capture.

    -          Notre Seigneur veut une justice équitable.

    Il dit que si un homme a deux femmes et qu’il a un fils avec chacune d’elles, si le fils ainé est de la femme qu’il n’aime pas, il dit que le droit d’aînesse reviendra à ce fils, qui sera reconnu comme le premier né.

    -          Un fils rebelle et indocile.

    Un fils rebelle  et ivrogne qui maltraite son père et sa mère, et n’écoute pas leurs voix, ils l’emmèneront vers les anciens de la ville et tous les hommes le lapideront.

    -          Les cadavres pendus.

    DEUTERONOME 21 : 22 23  22  Si l’on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l’aies pendu à un bois,

    23  son cadavre ne passera point la nuit sur le bois ; mais tu l’enterreras le jour même, car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu, et tu ne souilleras point le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour héritage.

    La vue d'un homme pendu à un poteau en bois est une malédiction de Dieu.
    Certaines interprétations juridiques de l’époque stipulaient que celui qui était coupable de blasphème devait être pendu.

    Cette présentation en public était le signe de la condamnation pour blasphème, de celui qui était crucifié.

    Yeshoua a été présenté à Ponce Pilate parce que le tribunal Romain ne traitait pas les affaires religieuses, et ne pouvait condamner Yeshoua pour blasphème.

    Nous avons lu dans le procès de Yeshoua « Jésus », qu’Il a été condamné pour blasphème, et ce n’est ni les juifs, ni les romains, ni moi, ni toi, mais Lui-même qui s’est condamné.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Les principaux sacrificateurs et le sanhédrin cherchaient un motif de condamnation, mais ils n’en trouvaient pas.

    Parce que le témoignage des témoins, n’était pas en accord avec la loi, les juges ne pouvaient pas Le condamner.
    Ainsi, le Sanhédrin  devait trouver un motif valable de condamnation, il a utilisé le blasphème en demandant à Yeshoua s’Il prétendait être le Messie, le Fils de Elohim. Une accusation à laquelle Il a avoué, se positionnant ainsi comme étant coupable de blasphème, ce qui entrainait la peine de mort.

    "Et tous le condamnèrent comme méritant la mort.» (Marc 14: 61-64)

    MARC 14 : 61- 64    61 Jésus garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l’interrogea de nouveau, et lui dit: Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ?

    62  Jésus répondit : Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

    63  Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, et dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ?

    64  Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble ? Tous le condamnèrent comme méritant la mort.

    Yeshoua a été accusé faussement de blasphème, parce que nous savons qu’Il est le fils de Elohim.

    Cette interrogation révèle essentiellement que ni le Sanhédrin juif, ni les autorités romaines auraient tué Yeshoua sans Sa coopération.

    Yeshoua, nous dit qu’Il a donné Sa vie de Son propre gré pour nous sauver de nos péchés.

    JEAN 10 : 17 – 18    17  Le Père M’aime, parce que Je donne Ma vie, afin de la reprendre.

    18  Personne ne Me l’ôte, mais Je la donne de Moi-même ; J’ai le pouvoir de la donner, et J’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que J’ai reçu de Mon Père.

    En étant pendu à la croix, Il nous rachetait de la malédiction

    De quelle malédiction de la loi Yeshoua « Jésus » nous a rachetés ?

    Il nous faut comprendre que la malédiction de la loi est la conséquence du péché, car le péché est la transgression de la loi.

    Ceux qui transgressent la loi, ce sont eux qui sont sous la malédiction du péché.

    1 JEAN 3 : 4   Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.

    GALATE 3 : 13  Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois,

    C’est de la malédiction de la loi du péché qu’Il nous a rachetés, et non de la loi de Elohim qui est Sa Torah.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Nos péchés sont pardonnés parce que nous croyons que Yeshoua, pendu au bois avait pris sur Lui la malédiction du péché qui nous était destinée.

    Nous devons comprendre que Yeshoua en prenant à Son compte notre péché, allait répondre à la colère de Elohim sur notre état de pécheur.

    Pour que le péché soit enlevé, il fallait aussi imputer la peine qui est le salaire du péché, et nous savons selon la Parole, que le salaire du péché est la mort.

    En Se substituant à nous, Il nous a affranchi de la malédiction de la loi qui était la mort, celui qui croit en Lui n’est plus sous la malédiction de la loi (qui condamnait le péché).

    1 JEAN 2 : 4  Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas Ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.

    Nous voyons bien qu’il ne s’agit pas de la malédiction des lois de Elohim, mais de la malédiction du péché.

    D’ailleurs Paul confirme que ceux qui sont justes devant notre Seigneur, ce sont ceux qui mettent en pratique Ses lois.

    ROMAINS 2 : 13  Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés.

    -       Les prescriptions ont été données aux enfants d’Israël.

    DEUTERONOME 22 : 6 - 7   6 Si tu rencontres dans ton chemin un nid d’oiseau, sur un arbre ou sur la terre, avec des petits ou des œufs, et la mère couchée sur les petits ou sur les œufs, tu ne prendras pas la mère et les petits,

    7  tu laisseras aller la mère et tu ne prendras que les petits, afin que tu sois heureux et que tu prolonges tes jours.

    C’est d’abord la protection de la nature, renouvellement des espèces, qui malheureusement aujourd’hui personne ne respecte.

    Yeshoua nous dit que si notre Père céleste Se soucie et prévoit la nourriture des oiseaux du ciel, alors nous pouvons être assurés en sachant qu'Il pourvoira à nos besoins aussi.

    -          Lois sur le mariage.

    Si     Si un homme meurt en laissant une veuve sans enfant, le frère de l'homme a la responsabilité d'épouser la veuve afin de continuer la lignée de son frère afin que le défunt hérite par le fils sa part dans l'héritage de la propriété.

    -          Moïse a donné un certain nombre de lois supplémentaires à mettre en pratique.

    Maintient de la pureté dans le camp militaire, ne pas livrer à son maître un esclave qui se réfugie chez soi, si tu prêtes à ton frère tu ne dois exiger aucun intérêt.

    -          Notre paracha se termine par le jugement futur d’Amalek.

    Amalek est l’ennemi perpétuel du peuple de Elohim.

    Depuis la sortie d’Egypte Amalek s’est pris aux enfants d’Israël, il est l’ennemi qui s’attaquera à tous ceux qui servent Elohim.

    Mais dans ce combat, c’est Elohim qui combattra pour Son peuple à qui Il promet lorsqu’Il les délivrera de tous leurs ennemis, Il leur donnera du repos.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

     Il dit que Son peuple effacera de sa mémoire Amalek de dessous les cieux.

     

       Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    « Vidéo - Yéhoshoua confirme le Calendrier d'Enoch Yom Terouah - Mémorial de Noah Ce Mercredi 21 Septembre 2016 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :