• PARACHA PEQOUDEÏ "LES COMPTES"

     

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Par Guy Vallée

     

    PARACHA "PEQOUDEÏ"                         Les Comptes

                                                       "CHEMOTH"             Exode      38 : 21 à 40 : 38

    HAFTARAH                             "MELAKHIYM A"    1 Rois         7 : 13 à 28 – 40 à 50         BRIT’HADASHA                     "Lwqa"                     Luc              9 : 44 à 50   

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière Vayaqhel « Il convoqua » :

    Moïse après avoir reçu les secondes tables de la loi et le pardon de Elohim, convoqua l’assemblée des enfants d’Israël pour leur transmettre les instructions de Elohim pour la construction du tabernacle.

    Il commence par leur rappeler le Shabbat, l’offrande donnée pour la construction du tabernacle, qui d’ailleurs a dépassé les prévisions, et le choix des hommes remplis de l’Esprit, de l’intelligence, et de la sagesse de Elohim, pour exécuter cet ouvrage.

    Notre paracha de cette semaine Péquoudeï :« Les comptes »

     

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Moïse décide de présenter les comptes du tabernacle d’assignation; Les vêtements du sacrificateur Aaron ont été confectionnés selon les instructions reçu de Elohim, ainsi tous les ouvrages du tabernacle, et de la tente d’assignation ont été achevés.

    Le tabernacle a été dressé, et fut rempli de la gloire de Elohim.

    EXODE 38 : 21   Voici les comptes du tabernacle, du tabernacle d’assignation, révisés, d’après l’ordre de Moïse, par les soins des Lévites, sous la direction d’Ithamar, fils du sacrificateur Aaron.

    Nous pouvons observer que cette initiative ne venait pas de Elohim, mais de Moïse.

    Que voulait-il justifier en présentant les comptes de cette œuvre ?

    Elohim n’avait pas besoin qu’il se justifie, car Il connait tout, même ce qui est caché au plus profond de nous.

    Mais Moïse a préféré pour qu’il n’y ait aucune suspicion, montrer à chacun la réalité de son offrande.

    Moïse s’était adressé aux enfants d’Israël en leur disant, que Elohim avait ordonné d’offrir pour la construction du tabernacle : de l’or, de l’argent, de l’airain, des étoffes, du fin lin, du poil de chèvre, des peaux de bélier, des peaux de dauphins, du bois d’acacia, de l’huile, des aromates, et des pierres précieuses.

    Si nous nous référons aux trois dernières parachiot : Téroumah,  Ki Tissa, et  Vayaqhel, nous constaterons que Elohim avait donné les quantités, les poids et mesures pour tout ce qui devait constituer le tabernacle.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    D’ailleurs le peuple avait apporté beaucoup plus qu’il ne fallait pour exécuter les ouvrages, Moïse dû intervenir pour arrêter les offrandes.

    Cela nous montre bien qu’ils avaient un état descriptif des travaux, et une estimation du montant de l’investissement.

    Donc on avait connaissance de la quantité de matériaux qu’il fallait pour exécuter ces ouvrages.

    Moïse voulait rendre des comptes au peuple, sur l’utilisation de leur offrande.

    Comme cela se fait dans une communauté ; lors d’une assemblée générale, le trésorier fait part aux membres de l’utilisation de leur offrande.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Cela évite toute discorde, et toute suspicion au milieu de l’assemblée.

    En reprenant le montant de chaque matériau utilisé, cela devrait correspondre
    au total de l’offrande reçue.

    EXODE 38 : 24  Le total de l’or employé à l’œuvre pour tous les travaux du sanctuaire, or qui fut le produit des offrandes, montait à vingt-neuf talents et sept cent trente sicles, selon le sicle du sanctuaire.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    EXODE 38 : 25  L’argent de ceux de l’assemblée dont on fit le dénombrement montait à cent talents et mille sept cent soixante-quinze sicles, selon le sicle du sanctuaire.

    La présentation comptable de la recette du dénombrement est claire :

    Les cent talents d’argent ont servi à fondre les bases du sanctuaire et les bases du voile. Il y avait au total cent bases donc un talent par base.

    Les mille sept cent soixante quinze sicles, pour fabriquer les crochets, et les triangles pour les colonnes, et pour couvrir les chapiteaux.

    L’argent reçu de la collecte du dénombrement a servi à tout ce qui représente la consolidation du tabernacle : les bases du sanctuaire et du voile, les crochets, les triangles, la couverture.

    Dans le livre de l’Apocalypse 21, nous avons la ville sainte qui descendait du ciel.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Il est écrit que la muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les noms des douze apôtres de l’agneau.

    On peut considérer les fondements comme ce qui est le moins visibles, mais qui soutiennent l’édifice.

    Quand on regarde quelqu’un, il est assez rare que ce sont ses pieds que l’on regarde en premier, pourtant sans les pieds, le reste du corps ne pourrait pas tenir.

    C’est souvent ceux qui sont dans l’ombre, qui font un travail remarquable, ils ne sont pas vus des hommes, mais Elohim les voient.

    Les planches qui formaient le tabernacle avaient des bases d’argent, ce choix était tout à fait approprié, quand nous connaissons les qualités de ce métal, il est malléable, tendre, résiste aux intempéries, et entretenu il a un bel éclat.

    Les douze noms des apôtres de Yeshoua sont inscrits sur les fondements de la Jérusalem céleste.

    Ce sont des hommes qui marchaient dans l’humilité, car ils avaient tout appris du Maître qui n’a pas regardé qu’Il était Lui-même Elohim « Dieu au pluriel », et qui a servi en toute humilité.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    EPHESIENS 2 : 20  Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ Lui-même étant la pierre angulaire.

    Ce que les prophètes ont prophétisé et n’ont pas vu, les apôtres l’ont vu et touché ; le Mashiah « le Messie », et aujourd’hui nous sommes édifiés par tous ce qu’ils ont reçu de Yeshoua « Jésus ».

    Ces deux passages qui parlent de la collecte des offrandes volontaires et la collecte des offrandes  du dénombrement, nous montrent l’équité de Elohim envers Ses enfants.

    Il ne fait pas de distinction de grandeur, et Il ne fait rien qui puisse créer un complexe d’infériorité entre eux.

    Après leur avoir donné les nouvelles tables de la loi, Il leur demande de porter une offrande et qu’elle soit faite de bon cœur.

    Chacun porte selon son cœur, et aussi selon ses possibilités, ce qui donne à chacun la possibilité de contribuer à cette œuvre au même titre.

    Elohim ne regarde pas à la quantité, mais à ce qui a été donné selon son cœur.

    Si nous investissons dans le capital d’une société dans ce monde, notre part sera fonction de notre apport. Plus notre capital sera important, plus nous seront considérés par ceux qui la représentent.

    Ils nous feront des petits cadeaux, des petites lettres d’intention, pour nous montrer que nous sommes chères à leur entreprise.

    Le petit investisseur n’aura pas tout ce privilège, en voyant ce différent cela  peut créer une frustration, et un complexe d’infériorité.   

    Mais dans le plan de Elohim nous sommes tous égaux, Il ne fait pas de différence.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Nous l’avons constaté, quand Il ordonna à Moïse de procéder au dénombrement de tout homme âgé de vingt ans, et plus, par le rachat de sa personne.

    Tous ceux qui faisaient partis du dénombrement devaient donner un demi - sicle.

    Il dit que le riche ne paiera pas plus, et le pauvre ne paiera pas moins d’un demi- sicle.

    Personne ne pourra dire ; j’ai mis une offrande très importante pour construire ce tabernacle.

    Nous voyons que notre Seigneur met le riche et le pauvre au même niveau.

    Yeshoua « Jésus » fut confronté à ce différent sur le comportement de Ses disciples.

    LUC 9 : 46 : 48   Or, une pensée leur vint à l’esprit, savoir lequel d’entre eux était le plus grand.

    47  Jésus, voyant la pensée de leur cœur, prit un petit enfant, le plaça près de Lui,

    48  et leur dit : Quiconque reçoit en Mon Nom ce petit enfant Me reçoit Moi-même ; et quiconque Me reçoit, reçoit celui qui M’a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.

    Les disciples de Yeshoua « Jésus » étaient confrontés à la position de l’un par rapport à l’autre, savoir lequel qui était plus grand que l’autre.

    En prenant un enfant qui n’est pas représentatif dans leur milieu, et que si quelqu’un avait l’humilité pour le recevoir, c’est Lui et le Père qu’il recevait.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    Cela va encore plus loin, quand Jean Lui fait part d’une situation :

    LUC 9 : 49 - 50   Jean prit la parole, et dit: Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en Ton Nom ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.

    50  Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus ; car qui n’est pas contre vous est pour vous.

    Nous devons réfléchir à notre manière de voir les autres, parfois inférieurs à nous, parce qu’ils ne font pas comme nous! parce qu’ils ne nous suivent pas.

    L’orgueil ne doit pas prendre position dans notre vie, mais l’humilité doit prendre toute la place.

    Yeshoua « Jésus » voulait apprendre à Ses disciples, que ce n’est pas parce qu’ils avaient ce privilège d’être Ses disciples, qu’ils pouvaient se croire supérieurs.

    Et aujourd’hui si nous avons eu ce privilège de comprendre certaines choses, que d’autres non pas eu la révélation, gardons nous de les juger, mais prions pour eux.

    LUC 6 : 37  Ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; absolvez, et vous serez absous.

    2 - Les vêtements sacrés du sacrificateur Aaron

    Elohim demande que soit fait comme vêtements pour Aaron ; un pectoral, un éphod, une robe, une tunique brodée, une tiare, et une ceinture.

    Aaron devait entrer dans le sanctuaire en portant sur son cœur le nom des enfants d’Israël, gravé sur le pectoral du jugement, pour conserver le souvenir devant l’Eternel.

    Les couleurs que l’on retrouve dans la construction du tabernacle, sont les mêmes que celles que l’on retrouve sur les vêtements du souverain sacrificateur.

    Le bleu, le pourpre, et  le cramoisi, sont des couleurs qui symbolisent le Mashiah « le Messie ».

    Le bleu qui est la couleur du ciel, et qui identifie Yeshoua Amashia’h « Jésus le Messie » dans toute Sa gloire céleste. 

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    La couleur pourpre est symbole de la Royauté, Yeshoua Le Roi des juifs. 

    Le cramoisi « écarlate » rappelle la couleur du sang, le sang de la nouvelle alliance.

    Le souverain sacrificateur dans sa tenue et ses fonctions représentait Yeshoua « Jésus » Le grand souverain sacrificateur.

    Nous retrouvons dans la Jérusalem céleste, le nom des douze tribus d’Israël inscrits sur chacune des portes, représentée par une perle.

     Le pectoral du jugement était fabriqué avec les mêmes couleurs que l’éphod.

    Il portait quatre rangées de trois pierres précieuses chacune, enchâssées dans des montures d’or. 

    Elohim pouvait juger chaque tribu d’Israël représentée par ces pierres sur le pectoral.

    Nous retrouvons dans l’alliance renouvelée une représentation presque identique.

    Les tribus étaient représentées par quatre rangées de trois pierres précieuses, et dans la nouvelle Jérusalem les portes sur lesquelles les noms des tribus sont inscrites, ces portes sont placées par trois, au quatre point cardinaux.

    Chaque porte était représentée par une perle, si nous nous référons au pectoral du jugement, il avait quatre rangées de pierres précieuses.

    APOCALYPSE 21 : 13  A l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l’occident trois portes.

    Nous pouvons en conclure que tout cela était l’ombre des choses à venir, certaines ont déjà été réalisées, et d’autres se réaliseront.

    2 - Le tabernacle dressé - Manifestation de la gloire de Elohim

    EXODE 40 : 1 - 2   1 L’Eternel parla à Moïse, et dit:

    2  Le premier jour du premier mois, tu dresseras le tabernacle, la tente d’assignation.

    Moïse fit tout ce que l’Eternel lui avait ordonné, le premier mois de la seconde année, c'est-à-dire la seconde année après leur sortie d’Egypte.

     Après avoir tout placé selon l’ordre de Elohim, il a oint le tabernacle, l’autel des holocaustes, la cuve et sa base, et tous les ustensiles, avec l’huile d’onction.

    Il a oint Aaron et ses fils et les a lavés d’eau, et quand tout a été achevé, la gloire de Elohim a couvert tout le tabernacle.

    Elle se manifesta par une nuée qui couvrit toute la tente.

    Pendant toute la marche des enfants d’Israël dans le désert, Elohim a toujours été à leur coté. Ils ne se déplaçaient que lorsque la nuée s’élevait au dessus du tabernacle, car ils étaient rassuré, ils savaient que le Seigneur était avec eux.

    PARACHA  PEQOUDEÏ  "LES COMPTES"

    NOMBRES 9 : 18  Les enfants d’Israël partaient sur l’ordre de l’Eternel, et ils campaient sur l’ordre de l’Eternel ; ils campaient aussi longtemps que la nuée restait sur le tabernacle.

    Ils faisaient confiance à Elohim, ils se disaient ; si Il est présent au milieu de nous, nous n’avons rien à craindre.

    Et nous aujourd’hui, de qui aurions nous peur, si nous croyons qu’Il est au milieu de nous ?

    HEBREUX 13 : 5  (b) Car Dieu Lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et Je ne t’abandonnerai point.

    Yeshoua a fait de nous Son temple, nous devons attirer Sa présence au milieu de nous.

    Le modèle du désert n’était que la première étape de la présence de Elohim, au milieu de Son peuple. (Tabernacle mobile)

    Il y eu ensuite le temple construit par Salomon. (Temple fixe)

    Et nous attendons ce temple céleste. (La Jérusalem céleste)

    Yeshoua a fait de nous ce temple vivant, et nous devons l’entretenir :

    1 CORINTHIENS 6 : 19  Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

    C’est pour cela que nous devons nous préparer, comme cela a été ordonné à Moïse.

    -         L’offrande : offrir nos corps (Romains 12 : 1)

    -         Construire le tabernacle : mettre les choses en ordre dans notre vie, chaque chose à sa place : (Hébreux 9 : 11)

    -         Se laver : entrer dans une vie de sainteté (1 Thessaloniciens : 4 : 4)

    Tout demande une préparation, et nous devons comme la fait Moïse et les enfants d’Israël,  se préparer, et la gloire de Elohim remplira notre vie.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

    « PARACHAH : « PEQOUDEY » (fonctions/inventaires) La résurrection du Messie d'Israël : florilège de témoignages bouleversants ! Yéshoua (Jésus) est vraiment vivant ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :