• PARACHA TEROUMAH "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

                                                                     Par Guy Vallée 

     

    PARACHA TEROUMAH                                   Prélèvement d’offrande  :

                                                                       "CHEMOTH"        Exode    25 :  1 à 27 : 19

    HAFTARAH                                                "MELAKHIYM "  1 Rois      4 : 26 à   5 : 13

    BRIT’H ADASHA                                        "YOCHANAN"    Jean         4 :   1 à 26

     

    Dans la paracha de la semaine dernière, Elohim avait donné aux enfants d’Israël un ensemble de lois qui allaient les guider dans leur vie quotidienne.

    A la fin de la paracha Moïse lisait le livre de l’Alliance en présence du peuple, et répandait le sang de l’Alliance sur l’assemblée.

    Dans notre paracha de cette semaine «  Téroumah » prélèvement d’offrande, Elohim demande au peuple de Lui apporter une offrande.

    Elle servira à la construction d’un tabernacle, c'est-à-dire d’un lieu de rendez-vous avec Elohim.

    EXODE 25 : 1 – 2    1  L’Eternel parla à Moïse, et dit:

    2  Parle aux enfants d’Israël. Qu’ils M’apportent une offrande ; vous la recevrez pour Moi de tout homme qui la fera de bon cœur. 

    Elohim ne met pas les enfants d’Israël face à une obligation, mais que chacun donne selon son cœur.

    Nous avons lu dans la dernière paracha que tout l’or et tout l’argent Lui appartient.

    Il voulait que chacun puisse donner avec un cœur sincère, sans intérêt, et sans contrainte.

    Notre relation avec Elohim va dépendre de notre attitude de cœur envers Lui. Il ne regarde pas à nos apparences, mais à notre cœur.

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    Pourquoi notre cœur ?

    Nous savons que l’homme est, formé d’un esprit, d’une âme et d’un corps.

    1 THESSALONICIEN 5 : 23   Que le Dieu de paix vous sanctifie Lui-même tout entier, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !

    Dans la Bible on parle beaucoup du cœur de l’homme, et notre paracha commence avec cette recommandation d’Elohim à Moïse de recevoir une offrande de tout homme qui la fera de bon cœur.

    Ce passage de Paul, nous parle des trois parties qui forment l’homme.

    Le cœur ne s’ajoute pas à ces trois parties qui constituent l’être humain, mais il est le centre de tout ce qui est au plus profond de lui, manifesté envers Elohim et envers ses semblables.

    Le cœur de l’homme peut exprimer la bonté, mais il peut aussi exprimer la méchanceté, il est considéré comme le relais entre l’âme et l’Esprit.

     EZEKIEL 11 : 19  Je leur donnerai un même cœur, Et Je mettrai en vous un esprit nouveau ; J’ôterai de leur corps le cœur de pierre, Et Je leur donnerai un cœur de chair,

    C’est à travers de la nouvelle naissance que nous avons abandonné cette vieille nature, notre cœur de pierre qui a été remplacé par un cœur de chaire. 

    COLOCIENS  3  : 10    Et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé.

    Notre vie n’est plus la même, notre cœur devient plus sensible aux choses de l’Esprit, car tout ce qui représentait notre homme intérieur a été transformé.

    2 CORINTHIENS 4 : 16  C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

    A travers de ces quelque passages bibliques nous allons comprendre le rôle de notre cœur dans notre vie spirituelle.

    Psaumes 16 : 9 Aussi mon cœur se réjouit, mon âme exulte et ma chair demeure en sûreté,

    Notre cœur se réjouit : c’est tout notre être qui est dans la joie.

    Proverbes 12 : 25 Un souci dans le cœur de l’homme le déprime, mais une bonne parole le réjouit.

    Nous ne devons pas nous laisser accabler par les soucis de la vie, cela n’est pas toujours facile. La cause de notre inquiétude peut être un membre de notre famille, une maladie, le travail, ou autre situation.

    Mais nous devons avec un cœur confiant, aller au trône de grâce, et remettre tous nos soucis à notre Seigneur qui se chargera de les résoudre.

    Beaucoup de maladies qui peuvent affecter notre corps sont à l’origine de soucis de toutes sortes.

     Ne laissons pas les problèmes de la vie souiller notre cœur, mais remplissons nos cœurs de la Parole d’Elohim, car c’est elle qui nous fortifiera, et augmentera notre foi pour résister à tous ces tracas de la vie.   

    Proverbes 17 : 22 Un cœur joyeux favorise la guérison, un esprit attristé dessèche les membres.

    Nous venons de voir dans proverbes 12 : 25 qu’un souci dans le cœur de l’homme peut entraîner la maladie, et là ce passage nous dit qu’un cœur joyeux favorise la guérison.

    Chaque jour nous devons demander à notre Elohim sa joie et sa paix, car elles sont notre guérison intérieure et extérieure. Rejetons tout ce qui peut nous voler notre joie.

    Deutéronome 15 : 9 Garde-toi bien d’avoir dans ton cœur une pensée de vaurien.

    Ne laissons aucune mauvaise pensée s’enraciner dans nos cœurs, nous devons les chasser dès qu’elles se manifestent.

    Matthieu 5 : 28 Mais Moi Je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.

    Il n’y a eu aucune approche physique, mais déjà dans le cœur l’action est considérée comme telle.

    La convoitise n’est pas seulement le regard mal intentionné envers une femme, elle peut aussi prendre d’autres formes :

    Le faite de vouloir faire comme les autres, juste pour se montrer, est une forme de convoitise.

    Tu n’as peut être pas besoin d’une chose, mais pour montrer à l’autre que tu es capable d’avoir la même ou mieux, c’est de la convoitise.

    Matthieu 12 : 34 Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, mauvais comme vous l’êtes ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle.

    A travers de ce passage on peut dire que l’on reconnait l’arbre à ses fruits.

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    Selon les paroles qui sortent de la bouche de quelqu’un, on peut tout de suite savoir si cette personne  a l’Esprit d’Elohim où pas, dans son cœur.

    Si le cœur n’est pas renouvelé, s’il n’est pas guéri, ce sont des mauvaises choses qui sortiront de la bouche de cette personne.

    Nous voyons à travers de ces quelques passages de la Bible, que notre cœur est vraiment le centre de notre personnalité.

    Notre Elohim veut que nous agissions  envers Lui, et envers notre prochain avec un cœur sincère, rempli d’amour et d’humilité.

    Les enfants d’Israël avaient compris le message de donner avec bon cœur, car ils savaient que cet investissement avait pour but d’emmener la présence de Elohim au milieu d’eux.

    Rappelez- vous comment Il les avait fait sortir d’Egypte, en emportant avec eux des richesses de ce pays.

    EXODE 11 : 2   Parle au peuple, pour que chacun demande à son voisin et chacune à sa voisine des vases d’argent et des vases d’or.

    L’or qui à servi à tous les travaux du sanctuaire est en partie le produit des offrandes.

    Elohim avait permis que chacun puisse avoir de quoi satisfaire son propre besoin, mais qu’il ait aussi de quoi offrir pour la construction du tabernacle.

    C’est un principe que nous avons abordé dans la paracha Mishpatim, qui nous apprenait à donner pour recevoir.

    Comme nous l’avions dit :

    Le système économique divin n’est pas celui du monde, et nous devons le comprendre.

    C’est l’une des clés qui nous permet de recevoir pour pouvoir donner.

    Qui d’autre que nous pourrait le faire ?

    C’est le seul moyen de prendre l’argent qui n’est pas dans de bonnes mains, pour le transférer dans le Royaume de Elohim.

    Et dans ces derniers temps, par la bouche des Son prophète Il fait cette promesse à Son peuple.

    ESAÏE 45 : 3  Je te donnerai des trésors cachés, des richesses enfouies, afin que tu saches que Je suis l’Eternel qui t’appelle par ton nom, le Dieu d’Israël.

    Pense que quand Il te donne, ce n’est pas pour satisfaire tes passions, mais pour glorifier Son Nom. 

    Ils avaient en leur possession tout ce qui était nécessaire à la construction du tabernacle.

    Les enfants d’Israël ont été des instruments entre les mains de Elohim, pour ce transfert d’or et d’argent, et autres biens de l’Egypte.

    Elohim dit à Moïse :

    EXODE 25 : 8    Ils me feront un sanctuaire, et J’habiterai au milieu d’eux.

    C’est dans le jardin d’Eden, que la relation entre Elohim et l’homme a été rompue.

    Il désire la rétablir à nouveau, et cela va se faire à travers d’un plan qui nous conduira jusqu’au messianisme, où le tabernacle ne sera plus matériel, mais vivant.

    A chaque étape de ce plan Yeshoua « Jésus » était présent. Tout ce que représentait la construction du tabernacle, et les différents ustensiles qui y faisaient partis, étaient une préfiguration de ce qu’allait accomplir plus tard  Yeshoua « Jésus ».

    Mais le peuple n’avait pas la révélation de cela. Yeshoua « Jésus » était présent depuis le commencement, et tout a été fait par Lui. 

    JEAN 8 : 56 - 58   Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait Mon jour : il l’a vu, et il s’est réjoui.

    57  Les Juifs lui dirent : Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !

    58  Jésus leur dit : En vérité, en vérité, Je vous le dis, avant qu’Abraham fût, Je suis.

    La construction du tabernacle, n’est qu’une représentation sur terre de ce qui est dans les cieux.

    EXODE 25 : 9   Vous ferez le tabernacle et tous ses ustensiles d’après le modèle que Je vais te montrer.

    Elohim lui donna la vision du tabernacle, tel qu’il devait le construire.

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    APOCALYPSE 15 : 5  Après cela, je regardai, et le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel.

    Elohim donne des instructions précises pour la confection de tout ce qui va constituer ce tabernacle.

    -          L’arche de l’alliance qui va recevoir le témoignage.

    -          La table des pains de proposition avec tous les ustensiles du service.

    -          Le chandelier d’or

    -          Les couvertures qui sont des tapis faits de fin lin retors et d’étoffes de plusieurs couleurs.

    Le fin lin retors est fait de plusieurs fils tordus ensembles et qui est d’une  très grande solidité.

    Les trois couleurs appliquées sur les étoffes : Le bleu, le pourpre, et le cramoisi sont  des couleurs très significatives.

    Le bleu qui est la couleur du ciel, identifie Yeshoua Amashia’h « Jésus le Messie » dans toute Sa gloire céleste.

    JEAN 6 : 38  Car Je suis descendu du ciel pour faire, non Ma volonté, mais la volonté de celui qui M’a envoyé.

    La couleur pourpre est symbole de la royauté, Yeshoua le Roi des juifs :

    MARC 15 : 17 – 18   17  Ils le revêtirent de pourpre, et posèrent sur Sa tête une couronne d’épines, qu’ils avaient tressée.

    18  Puis ils se mirent à Le saluer: Salut, roi des Juifs !

    Yeshoua n’a pas rejeté ce titre :

    LUC 23 : 3  Pilate l’interrogea, en ces termes : Es-Tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.

    Le cramoisi « écarlate » rappelle la couleur du sang, Son corps fut recouvert de sang.

     MATTHIEU 27 : 28   Ils lui ôtèrent Ses vêtements, et le couvrirent d’un manteau écarlate.

    Nous observons que Yeshoua « Jésus » était présent dans ce tabernacle mobile dans le désert.

    Les planches et leurs bases : elles servaient à la construction du tabernacle, et étaient tous couvertes d’or, ainsi que les anneaux et les barres qui servaient à la transporter.

    Les deux voiles. 

    Le tabernacle était formé de trois parties.

    La première partie était le parvis.

    La deuxième partie le lieu saint.

    La troisième partie le lieu très saint.

    L’un des voiles séparait le lieu saint du lieu très saint, et l’autre le lieu saint du parvis.

    Il y avait l’autel d’airain, et tous les ustensiles pour le service :

    Les cendriers, les pelles, les bassins, les fourchettes et les brasiers.

    Il se trouvait en face de l’entrée du parvis, c’est le lieu où étaient offerts les sacrifices.

    Le parvis et la porte du parvis.

    Le parvis était le lieu, où tout le peuple avait accès.

    Le lieu saint, seuls les sacrificateurs avaient accès pour faire le service.

    Le lieu très saint, seul le souverain sacrificateur avait accès pour offrir le sacrifice pour le péché du peuple. Il devait traverser le voile qui séparait le lieu saint du lieu très saint.

    Quand Yeshoua « Jésus » rendit l’Esprit, il est dit que le voile du temple se déchira :

    MATTHIEU 27 : 51  Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent,

    L’accès a été ouvert, là où seul le souverain sacrificateur avait accès, pour entrer dans la présence de Elohim. Aujourd’hui, toi et moi à cause du sacrifice de Yeshoua « Jésus » nous avons accès au Saint des Saint c’est à dire dans la présence de Elohim.

    JEAN 2 : 19   Jésus leur répondit : « Détruisez ce temple et, en trois jours, Je le relèverai. »

    MARC 14 : 58  Nous l’avons entendu dire: Je détruirai ce temple fait de main d’homme, et en trois jours J’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme.

    Nous comprenons aujourd’hui qu’il n’y ait plus de temple, puisque la présence de Elohim ne se manifeste plus dans un temple fait de mains d’homme.

    Les juifs croyaient qu’Il parlait du temple de pierres, et ils se demandaient comment pourrait-Il reconstruire en trois jours un temple qui a pris 46 ans pour être construit. Mais Il parlait de Son corps qui resterait trois jours dans le tombeau, et qui ressusciterait le troisième jour.

    Nous comprenons par cette révélation que Son corps allait remplacer le temple fait de pierre, et que Sa présence ne serait plus dans un seul lieu, mais :

    MATTHIEU 18 : 20 Car là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, Je suis au milieu d’eux.

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    Le lieu d’adoration était à Jérusalem, c’était un culte terrestre, où des sacrifices étaient offerts à Dieu. Ceux du peuple qui n’étaient pas à Jérusalem, se tournaient dans la direction du temple pour adorer Elohim.

    Aujourd’hui nous n’avons plus à nous tourner physiquement vers Jérusalem pour adorer notre Elohim, car Sa présence est au milieu de nous, mais notre cœur doit toujours être vers Jérusalem.

    JEAN  4 : 20 – 21   20  Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.

    21  Femme, lui dit Jésus, crois-Moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

    Yeschoua annonçait déjà la destruction du temple, parce qu’Il est Lui-même le temple.

    JEAN 4 : 23  Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

    HEBREUX 10 : 8 - 9  Il déclare tout d’abord : « Tu n’as voulu ni sacrifices, ni offrandes, ni animaux brûlés sur l’autel, ni sacrifices pour le pardon des péchés, et Tu n’y as pas pris plaisir. » Pourtant, ces sacrifices sont offerts conformément à la loi.

    9  Puis Il ajoute : « Je viens Moi-même pour faire Ta volonté. » Il supprime donc les anciens sacrifices et les remplace par le Sien.

    Ce qui nous montre bien que rien n’a été aboli, mais accompli par Yeshoua « Jésus ».

    Sans Yeshoua « Jésus » nous serions privés de la présence d’Elohim, car il n’y a plus de temple et de Michkan « tabernacle ».

    Les tables de la loi étaient dans le tabernacle. Yeshoua qui est la Parole Vivante les a inscrites dans nos cœurs, car nous sommes le Temple du Rouah Hakodesh (Saint-Esprit).

    1 CORINTHIENS 6 : 19  Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

    Cette paracha nous emmène à avoir cette attitude de cœur envers Elohim, à travers de Yeshoua qui est ce temple, où se manifeste Sa présence.

    Elohim avait ordonné que les lampes du chandelier brûlent continuellement du matin jusqu’au soir.  

    PARACHA TEROUMAH  "PRELEVEMENT D’OFFRANDE"

    Nous sommes ce chandelier, et nous devons réanimer notre flamme  chaque jour.

     

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

    « UNE PÉRIODE D’ACCÉLÉRATIONPARACHAH : « THEROUMAH » (Don – Contribution - Offrande) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :