• YESHUA ET LE SHABBAT (4)

    Source: http://www.kol-hashofar.asso.fr/admin/gestion_pages/processpages.asp?pages=enseignement3

    L’Ecriture Sainte nous explique par la bouche du prophète Daniel quand et par qui le changement se ferait,  le jour viendrait où les hommes changeraient les temps et la Loi.

              « Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps » (Daniel  7 : 25)

    Nous comprenons que des 4 grands empires dont parle le texte, le 4ème est l’Empire Romain, symbolisé par les 10 cornes, desquelles sortira « une petite corne » ayant une « grande apparence ».
     

    Il s’agit en fait d’un royaume beaucoup plus petit mais bien plus puissant pourtant, dominant sur les autres : chacun aura reconnu une puissance religieuse hiérarchique non pas titanesque mais vaticanesque !

    Or c’est à partir de là que la sainte doctrine s’est vue modifiée, à propos du Shabbat et de la Torah en général.

    En effet, c’est très tôt que le courant politique d’un Christianisme qui ne l’était que de nom seulement a voulu s’émanciper par rapport à toutes les racines juives qui l’avaient engendré, et c’est là l’origine d’une violente rupture, d’une terrifiante cassure, d’une épouvantable déchirure dans le mépris le plus total et l’orgueil le plus fou.

    Le but était de montrer que ce que l’on appelle dès lors le Nouveau Testament  provoquait cette rupture avec tout ce que l’on appelait désormais Ancien Testament pour montrer la supériorité du Nouveau par rapport à l’Ancien. 

    C’est là en fait que l’antisémitisme et l’anti-judaïsme Chrétien voyaient le jour : il fallait impérativement se couper du tronc originel et se déraciner volontairement.

    Le Shabbat est un commandement divin ainsi qu’une révélation, et c’est par réaction que l’on imposa le Dimanche, comme d’autres, plus tard encore, les Musulmans, par réaction vis à vis des Juifs et des Chrétiens instaureront le Vendredi comme jour d’adoration.

    Quelle en est donc la véritable origine ?

    Déjà le Livre des Actes de Apôtres nous apprend que des persécutions s’abattaient contre les croyants :

    -           A Ephèse (Actes 19) ce sera le peuple qui élèvera un tumulte craignant que ces Juifs et non Juifs croyant en leur Messie pouvaient porter atteinte à leurs affaires,

    -           A Thessalonique, ce seront les Juifs non croyant en Yeshoua qui avanceront des raisons politiques contre Paul et ses disciples, leur reprochant de considérer leur Yeshoua comme Roi à la place de l’Empereur.

    Après la  révolte du Juif Bar KOHBA (de 132 à 135) contre les  Romains, l’Empereur Adrien réagira par une répression physique et spirituelle terrible, prenant les 1ères mesures officielles à savoir :

    -           le Shabbat des Juifs devient le Dimanche des Chrétiens,

    -           la Pâque des Juifs devient les Pâques chrétiennes, et chaque fois il prit la date  d’une fête païenne, à la place de la date biblique,

    -           Israël devient Palestine

    -            Jérusalem devient Aelia Capitolina

    Puis, de  Claude  à  Néron on parvient jusqu’à  Constantin.

    La mère de Constantin a joué un rôle fondamental à cette époque, étant une fine politicienne qui a tout fait pour « faire monter » son fils sur le trône, jusqu’à faire assassiner ses rivaux).

    Devant ces tensions internes il fallait trouver quelque chose qui souderait l’Empire : or, cette nouvelle foi séduisait : Constantin avec l’aide de sa mère comprit que la religion était le moyen idéal, « l’opium du peuple ».

    Il était un fervent adepte de Mithra, dieu du culte solaire.

    C’est par décrets d’Empire au 4ème siècle que Constantin impose la Religion d’Etat et produit la base sémantique des décrets prononcés par les futurs Conciles : le 7 Mars 321, Constantin le Grand comme on l’appelait, émit la 1ère loi civile  du Dimanche contraignant tout le monde, excepté les fermiers de l'Empire Romain, à observer le Dimanche.

    Celle-ci et 5 autres lois civiles émises par Constantin concernant le Shabbat ont servi de précédent à toutes les législations civiles sur le Dimanche de cette époque à nos jours.

    Au 4ème siècle, le Concile de Laodicée empêchait les Chrétiens de s'abstenir du travail pendant le Shabbat, et les exhortait à observer le Dimanche en s'abstenant de travailler.


    L'histoire montre que le culte et l'observation du Dimanche sont des habitudes créées par les humains.

    La Bible ne donne aucun ordre pour mettre de côté le Shabbat du septième jour que l'on retrouve dans le 4ème commandement. Le prophète Daniel avait bien prophétisé !

    Enfin,  c’est  ce  fidèle  adorateur d’Hercule  et d’Apollon  que  fut Constantin, prétextant une « conversion chrétienne »,  qui utilisa le  jour de l’adoration voué  au soleil, le Dimanche, pour affirmer que le Shabbat était caduc.

     


    En 363, le concile de Laodicée adoptera le décret proclamant officiellement le Dimanche, en transférant la solennité du Shabbat au 7ème jour à ce 1er jour de la semaine :


              « Les Chrétiens  ne doivent pas se comporter comme des Juifs en chômant le jour du Shabbat, mais ils doivent travailler ce jour-là  pour témoigner au Dimanche le respect qui lui est dû… Mais si l’on établit qu’ils se comportent comme des Juifs, qu’ils soient anathèmes auprès du Christ. »

    Cela signifiait que lorsqu’une personne était marquée comme « anathème » (maudite ou hérétique) par l’Église, elle était arrêtée par l’État et, à moins qu’elle n’abjure, on la torturait jusqu’à la mort : et cela était appliqué si strictement que les gens étaient obligés de se reposer le Dimanche et de travailler le Samedi pour pouvoir faire des affaires ou détenir un emploi !

    Rome observait des fêtes païennes comme Noël / les Saturnales, Pâques / la fête d’Astarté, et le Dimanche comme jour d’adoration du soleil bien avant la venue du Seigneur.

    L’Église apostate, la fausse Église, a tout simplement adopté ces fêtes païennes parmi ses pratiques et les a rendues obligatoires dans tout l’Empire Romain par l’intermédiaire du gouvernement civil en 315 quand ce Christianisme devint Religion d’Etat.

    Pour mémoire, c’est le prédécesseur de Constantin, Aurélien qui proclama l’anniversaire du soleil invaincu / Natalis solis invicti le 25 Décembre 274 !

    En fait, le premier à obliger l’adoration le dimanche n’a pas été le pape mais Constantin, l’Empereur de Rome !

    Et les décrets de ce Concile précisaient que non seulement les Chrétiens ne devaient pas judaïser en se reposant le Shabbat, mais qu’en cas de désobéissance ils seraient punis de mort !

    Même les protestants avec Martin Luther, leur « leader » croyaient en l’observance du Shabbat du 7ème jour et l’observaient ; mais il ne le prescrit dans ses articles sur la foi à ses fidèles, sauf dans sa thèse originale où il est mentionné.

    Luther préconisait l’observance du Sabbat du 7ème jour, mais ses collègues s’y sont opposés en prétextant que c’était une doctrine impopulaire qui aurait tendance à repousser les supporteurs de la Réforme qui « n’étaient pas aussi pieux qu’ils auraient dû l’être ».

    Voilà simplement ce que fit Constantin et voilà simplement à qui obéissent encore trop de Chrétiens !

    Voilà, ce que signifie changer les « Temps et la Loi ».

    Devons-nous obéir à l’autorité de la Parole de D.ieu, du D.ieu d’Israël, ou à celle de la parole d’un homme,  antisémite de surcroît ?

    Voilà le mensonge, voilà la fiction, voilà l’œuvre du Père du Mensonge, le dieu de ce Siècle, Lucifer, l’Astre Brillant, le Fils de l’Aurore.

    On décrète comme cela que les 4000 ans de conduite par l’Eternel depuis Abraham, Isaac, Jacob devenu Israël puis Moïse et le don de la Torah, les prophètes et jusqu’à Yeshoua et les apôtres, cela est nul et non avenu !

    Yeshoua a gardé la Torah et le Shabbat, les apôtres aussi, les disciples aussi, les disciples non Juifs des premiers siècles aussi, mais ensuite il y a eu Constantin, Nicée, Laodicée ?

     Alors mes Frères, vous qui avez répondu présents à ce Rendez-Vous Saint de Souccot, vous qui semblez être plus matures que d’autres, je voudrais poser une question :

    Pourquoi de bons croyants, issus des nations, aimant le vrai D.ieu, le vrai Messie, même pour certains aimant Israël et les Juifs et conscients de l’élection et de la vocation de ce peuple, pourquoi ces disciples de Yeshoua, pourquoi n’ont-ils encore pas décelé le mensonge ?

    Oui, pourquoi continuent-ils plus ou moins inconsciemment ou non à flirter avec le Dimanche et pourquoi ignorent-ils inconsciemment ou non tout ce qui concerne le Saint Shabbat ?

    Eux qui connaissent l’Ecriture, pourquoi préfèrent-ils obéir à l’homme plutôt qu’à D.ieu ?

     On me reproche souvent de vouloir « judaïser » les Chrétiens : dire que le Shabbat doit être observé par tous, et c’est ce que je dis et affirme, ce n’est pas vouloir « judaïser », mais c’est vouloir authentifier leur greffe sur Israël, alors, c’est peut-être vouloir les « israéliser », et là, je suis d’accord  !

              Beaucoup de nos frères et amis des nations sont conscients de ces choses révélées, concernant le Shabbat, les Saintes Convocations, mais « n’osent pas » faire le pas décisif.

    Celles et ceux parmi les Chrétiens qui accusent les Juifs Messianiques de vouloir les « judaïser » ne veulent pas comprendre le contexte d’Actes 15 ou de l’épître aux Galates qui ne traitent que du problème de la circoncision.

    " Judaïser" ne s’applique pas davantage lorsque les Juifs Messianiques affirment aux Chrétiens, et c’est toujours mon cas, qu’ils leur faut respecter le Saint Shabbat et toutes les Fêtes de l’Eternel, plutôt que d’autres fêtes comme Noël, les Pâques dites « chrétiennes » la « Sainte Cène », etc…

    Frères et sœurs, vous aimez D.ieu, alors obéissez à D.ieu, plutôt qu’aux hommes, et observez le Shabbat :
              

    « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de D.ieu et la foi en Yeshoua. » (Apo. 14 : 12)

    Israël est le pilier choisi par D.ieu pour Son plan de Salut, et si les gens des nations veulent recevoir ce même Salut, ils doivent s’attacher à Israël par Yeshoua : 

    le Shabbat est le pilier central pour Israël : il doit l’être aussi pour les Gentils greffés sur Israël. La Grâce ne peut avoir aucun effet sans la Loi, et la Loi ne peut être mise en pratique que parce que la Grâce de D.ieu est présente.

    Le Shabbat est le guide spirituel pour tous les peuples car il est antérieur à l’existence même d’Israël et les Juifs croyant en Yeshoua écoutent leur Messie et le regardent lorsqu’il proclame qu’il est le Baal, le Maître, le Seigneur, l’Epoux du Shabbat (Marc 2 : 28).

    Déjà au 2ème siècle Justin Martyr reconnaît que le Christianisme repose sur une philosophie et une théologie païennes et explique comment les pratiques dites chrétiennes sont en fait basées sur les rites en faveur du dieu Mithra, divinité perse qui se confond avec le dieu soleil  Shamash.
                
    Ce sont les hommes qui ont décidé et institué le Dimanche comme jour d’adoration et de sanctification lors du Concile de Trente où de sa propre autorité l’Eglise Romaine a comme par magie, transféré le pouvoir du Shabbat au Dimanche en l’appelant le « Jour du Seigneur » !

    Le Concile Vatican II rappelle d’ailleurs avec force :
              « Selon la tradition apostolique, dont l’origine remonte jusqu’au jour même de la résurrection du Christ, l’Eglise célèbre le mystère pascal chaque 8ème jour, qui est nommé à juste titre Jour du Seigneur ou Jour Dominical. »

    (je pose la question : de quels apôtres s’agit-il ? Sûrement pas de ceux dont parle le Livre des Actes des Apôtres !)

    C’est en effet pour dénigrer le 4ème commandement du Shabbat que certains avancent la vision de Jean à Patmos prétendant que c’est un Dimanche qu’il eut cette vision quand il déclare dans le Livre de la Révélation : 
              

    « Je fus ravi en esprit au Jour du Seigneur ».

     

    Mais le jour du Seigneur qui n’est ni le Dimanche ni le Shabbat est un jour redoutable et terrible, un jour de jugement selon les prophètes et Jean précise : 
              

    « Car le grand jour de Sa colère est venu » (6 : 17)

    et Pierre, à la Pentecôte, précise : 
              

    « Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant l’arrivée du Jour du Seigneur. » (Actes 2 : 20)

    Ce que les Ecritures appellent le jour du Seigneur, et les prophètes en particulier, c’est un jour terrible, un jour de jugement redoutable qui aura lieu quand le Messie  reviendra avec les anges de puissance pour juger et châtier.

     Le Dimanche n’est rien d’autre que l’institution d’une loi antisémite, anti-juive, anti-Torah imposée par des païens ayant l’apparence de la piété, et les croyants authentiques se doivent de ne pas respecter ce jour comme Jour de l’Adoration de D.ieu, car D.ieu nous a fixé un autre rendez-vous pour cela !

    Ce n’est pas le fruit du hasard si cela s’est produit quand la Sainte Eglise devenait religion d’Etat du Saint Empire Romain !

    Cela a pu se produire à cette époque car le nombre de ceux qui croyaient devenait plus grand issu du paganisme qu’issu du Judaïsme et la finesse magistrale de cette église romaine, c’est d’avoir fait une savante cuisine entre les jours et dates des fêtes païennes en les maquillant à la sauce chrétienne.
              

    En rejetant la Torah, ce Christianisme-là rejetait Moïse, rejetait Celui Qui avait choisi et envoyé Moïse, rejetait celui dont parlait Moïse, au profit de l’adoption d’un jour qui correspondait à la célébration du dieu soleil chez les peuples païens dont faisaient partie les Romains.

     Cette Eglise fera de même avec la Pâque de l’Eternel, et inventera des Noël, et autres fêtes venant tout droit du calendrier des faux dieux païens, avec des jours autres que ceux de D.ieu, Lundi, M, M, J, V, S, D au lieu de jour 1er, jour 2ème, etc… ?

    Concernant le Shabbat, l’Eglise Romaine s’est autoproclamée être le Nouvel Israël, elle a fait du Dimanche, le « vrai » Shabbat de la nouvelle Création, l’affublant à ses yeux de toutes les caractéristiques de sainteté de ce Yom Kodesh !

    En réalité, on a « pris » tout ce qui caractérise le Shabbat du 7ème jour, Shabbat l’Adonaï, le Shabbat de l’Eternel, le jour d’adoration du Père, et on l’a vidé pour en remplir le 1er jour, et en faire le Shabbat du Fils.

    A ceux qui rejettent la Loi mosaïque, ou plutôt la Loi de D.ieu transmise par Moïse, on peut faire le même reproche que Yeshoua fit à certains Juifs. (Jean 5 : 45)

    C’est comme si le Fils avait dépouillé le Père en s’octroyant ce qui appartient au Père !

    Malheureusement, les hommes l’ont fait, le Christianisme l’a fait, mais le Fils, lui, parfaitement soumis et respectueux du Père, ne l’a pas fait, non, Yeshoua ne l’a pas fait !

    On appelle cela du vol ou de la spoliation.

    C’est pourquoi, plutôt que d’obéir à D.ieu en se greffant sur Israël « contrairement à leur nature » (Romains 11 : 4), en préférant adapter les choses de D.ieu aux choses des hommes, ces faux-vrais Chrétiens païens ont connu très vite une forte expansion et un succès grandissant, par une séduction et une persuasion héritées d’un esprit de « malignité ».

    Et vous aurez alors compris aussi pourquoi ce nouvel Evangile était un véritable obstacle pour les Juifs : Jean ne dit-il pas que les disciples de Yeshoua 

    " doivent marcher aussi comme le Messie a marché lui-même » (1 Jean 2 : 6) ?

    Si  le  Shabbat  a  été  fait pour l’homme, pourquoi ne pas respecter le Shabbat ?

    Alors,

    « dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres et quiconque aime et pratique le mensonge ! » (Révélation 22 : 15)

    A ce stade et avant de conclure, que chacun commence à se poser la bonne et la vraie question :
     

    Alors ! Shabbat  ou  Dimanche ?

     Certains, pensent qu’en observant les deux jours, D.ieu ne pourra rien leur reprocher.

    Mes amis si nous calculons les choses ainsi, un jour viendra et il est peut-être déjà venu pour certains de s’entendre dire :

     "pene, pene, tekel oufarsin  /  pesé, pesé, compté, divisé ! » 

    Savez-vous qu’au  dernier jour, ce n’est ni D.ieu, ni Yeshoua ni l’Esprit qui nous jugeront, mais la Parole de D.ieu ?
              

    Si l'E.ternel s’est donné la peine d’écrire de Sa propre main la Loi, afin qu’elle nous parvienne jusqu’à nos jours, il y a une raison à cela.

     Non !L’observance  du Dimanche  n’a  rien  à voir, ni  avec  un commandement divin, ni avec une tradition des Juifs, ni avec celle des premiers Juifs Messianiques, pas davantage avec celle des premiers Chrétiens d’origine païenne !

    Il s’agit bien davantage d’une tromperie, d’une imposture d’un système anti-D.ieu représenté par quelques hommes de tradition romaine anti-sémite et polythéiste.
               

    Il est temps pour chacun de se méfier des contestataires de la parole de D.ieu écrite, car :

    « Malheur à qui conteste avec son Créateur, vase parmi les vases de terre » ! (Isaïe 45 : 9)

     
    Le mot hébreu satan, est justement traduit par contestataire, accusateur !  Et attention, il nous faut reconnaître sa voix !

    « D.ieu a-t-Il réellement dit ? », 

    nous connaissons tous cette belle parole lénifiante, et comme nous sommes bien complaisants avec nous-mêmes !

    A chacun de reconnaître cette voix, Yeshoua, lui, la reconnut lorsqu’elle le tenta à sa sortie du désert, il lui résista, il la combattit, et elle s’éloigna loin de lui : faisons donc de même.

    Alors non, célébrer et Shabbat et Dimanche, non, car on ne peut servir deux maîtres à la fois car, comme dirait le prophète Elie, si c’est D.ieu qui est l’Eternel, allez vers D.ieu, si c’est Baal, allez vers Baal !

    Et l’on prendra des paroles de l’apôtre Paul, en Français bien sûr, et on en fera Parole de D.ieu !

    http://amouragape.revolublog.com/